Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Jules Keiffer


Photo :
© Collection CNL

Jules Keiffer

Julius Keiffer
Roodt-sur-Syre Luxembourg

Pseudonymes : Jules de la Syr

Après avoir passé son baccalauréat à Diekirch en 1873, Jules Keiffer étudie les lettres françaises et les langues anciennes aux Cours supérieurs à Luxembourg et à l’École normale supérieure à Paris. À partir de 1880, il enseigne le français et le latin à l’Athénée de Luxembourg. En 1908, il est nommé inspecteur général de l’enseignement primaire. De 1906 à 1917 et de 1925 à 1938, il est conseiller communal et, de 1917 à 1921, échevin de la Ville de Luxembourg. Jules Keiffer a été membre de l’Institut grand-ducal, section de linguistique, de folklore et de toponymie.

Parmi les études philologiques et historiques publiées par Jules Keiffer, citons L’Esclavage à Athènes et à Rome d’après les auteurs grecs et latins (1896) ou encore Précis des découvertes archéologiques faites dans le Grand-Duché de Luxembourg de 1845 à 1897 (1899), paru à Paris dans la Revue archéologique. En 1922, il publie dans L’Alsace française l’étude L’Enseignement du français en Alsace.

En 1900, Jules Keiffer prononce un discours sur la situation linguistique et le paysage littéraire du Luxembourg, dans le cadre du congrès d’histoire comparée des littératures à Paris. Ses recherches dans ce domaine sont à la base des études La Langue et la Littérature du Grand-Duché de Luxembourg et La Littérature du Grand-Duché de Luxembourg, qui comprennent chacune des critiques littéraires et une anthologie. Afin de populariser la langue luxembourgeoise, Jules Keiffer réclame entre autres une orthographe simplifiée, libérée des signes diacritiques.

Sur le plan littéraire, Jules Keiffer fait ses débuts avec Jugenderinnerungen. Il s’agit du récit de ses souvenirs de jeunesse, publié dans un premier temps dans Luxemburger Zeitung ainsi que partiellement dans Zeitung für junge Leute de 1904 à 1905, et plus tard sous forme de livre. En 1928, une version complétée de Jugenderinnerungen est parue dans Luxemburger Illustrierte. L’auteur insiste sur le caractère immédiat de ses observations et refuse de les considérer comme une rétrospective scientifique et ethnologique. Le drame en vers Op der Syr est resté inédit.

Cet article est signé Frank Wilhelm

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Bauerekalenner / Letzeburger Bauere-Kalenner
    Noms utilisés
    Jules Keiffer
  • Titre des périodiques
    Hémecht / Ons Hémecht / 'T Hémecht
    Noms utilisés
    Jules Keiffer
  • Titre des périodiques
    Indépendance luxembourgeoise (L')
    Noms utilisés
    Jules de la Syr
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Illustrierte
    Noms utilisés
    Jules de la Syr
    Jules Keiffer
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Zeitung III [1868-1941] / LZ
    Noms utilisés
    Jules Keiffer
  • Titre des périodiques
    Zeitung für kleine Leute
    Noms utilisés
    Jules Keiffer

Études critiques

Membre

  • Institut grand-ducal Section de linguistique, de folklore et de toponymie (1935-97)
  • Luxemburgische Sprachgesellschaft (1924-35)
Citation:
Frank Wilhelm, « Jules Keiffer », sous : , mise à jour du 17.05.2021, consulté le .