Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Emma Weber-Brugmann


Photo :
© Collection CNL

Emma Weber-Brugmann

Emma Brugmann [né(e)]
Sommersdorf () Luxembourg

Pseudonymes : E.W-B. ; Freundin (Eine)

Emma Weber-Brugmann passe son enfance à Sommersdorf, Schierstein am Rhein, Schloss Hohenburg (Lenggries) et Bieberich, où son père est au service du duc Adolphe de Nassau, le futur Grand-Duc Adolphe de Luxembourg. Après avoir fréquenté un pensionnat pour jeunes filles, elle s’inscrit à l’École normale d’institutrices en 1896 et part perfectionner ses connaissances linguistiques lors de séjours d’études en Angleterre et en France. De retour en Allemagne, elle enseigne à Wiesbaden. En 1904, elle épouse Batty Weber, qu’elle avait rencontré lors d’un séjour au Luxembourg, où son père avait suivi le Grand-Duc Adolphe. Emma Weber-Brugmann a été très impliquée dans la société mondaine et dans les cercles littéraires luxembourgeois. En 1905, elle est élue présidente de la filiale luxembourgeoise de l’Office international pour la protection des jeunes filles de Genève, fondée par la Grande-Duchesse Marie-Adélaïde. Pendant la Première Guerre mondiale, elle organise deux transports d’enfants pour le compte de cette même organisation. Les enfants sont dirigés vers la France à partir du Luxembourg, en passant par la Suisse. En 1906, Emma Weber-Brugmann est membre fondatrice de l’Association pour les intérêts de la femme, présidée par Aline Mayrisch-de Saint Hubert. En 1933, elle fonde le magazine féminin Die Luxemburgerin, qui donne la parole à des femmes engagées issues de milieux différents. Parmi ces femmes se trouvent les écrivaines Carmen Ennesch, Marie Henriette Steil, Mimy Tidick-Ulveling, Germaine Devas et Jeanne Duren.

Aux alentours de 1900, Emma Weber-Brugmann écrit son premier texte littéraire, un bref récit publié dans le Luxemburger Zeitung sous le pseudonyme d’Eine Freundin. Dans le même journal, elle rend compte des ouvrages des éditions Tauchnitz, parus à Leipzig. Par ailleurs, elle a traduit du français une biographie de l’Impératrice Eugénie pour le compte de la maison d’édition Edgar Thamm de Halle. Sa traduction de la pièce de théâtre Les Taupes d’Edmond Dune est restée inédite. La majorité de ses articles traitent toutefois des questions féminines et des principes d’éducation. À la mort de Batty Weber, elle publie deux livres-souvenirs : Batty Weber im Spiegel seiner Zeitgenossen (1950) et Unterwegs.

Cet article est signé Germaine Goetzinger

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Frau (Die). Monatsschrift für das gesamte Frauenleben unserer Zeit. Organ des Bundes deutscher Frauenvereine
    Noms utilisés
    Emma Weber-Brugmann
  • Titre des périodiques
    Frauenbildung. Zeitschrift für die gesamten Interessen des weiblichen Unterrichtswesens.
    Noms utilisés
    Emma Weber-Brugmann
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Zeitung III [1868-1941] / LZ
    Noms utilisés
    Emma Weber-Brugmann
    Freundin (Eine)
  • Titre des périodiques
    Luxemburgerin (Die). Zeitschrift für die gesamten Fraueninteressen Luxemburgs
    Noms utilisés
    Emma Weber-Brugmann
    E.W-B.
  • Titre des périodiques
    Tageblatt / Escher Tageblatt = Journal d'Esch. Zeitung fir Lëtzebuerg
    Noms utilisés
    Emma Weber-Brugmann

Études critiques

Membre

  • Verein für die Interessen der Frau

Archives

Citation:
Germaine Goetzinger, « Emma Weber-Brugmann », sous : , mise à jour du 14.05.2021, consulté le .