Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Edmond Israel


Photo :
© Collection CNL

Edmond Israel

Luxembourg Luxembourg

Edmond Israel, qui passe son enfance à Luxembourg, doit interrompre ses études secondaires à l’Athénée de Luxembourg lors de l’invasion du Grand-Duché par les troupes allemandes, le 10 mai 1940. Sa famille, de confession juive, quitte le pays. Après un périple par Arlon, Virton, Charleville, Paris, Le Pouliguen, Montpellier, Marseille et Casablanca, Israel débarque finalement à New York. Il travaille à Newark, dans une usine qui fabrique des instruments de précision pour l’industrie de l’armement. En octobre 1945, il rentre au Luxembourg avec sa famille. Après avoir passé son baccalauréat en 1946, Israel entre au service de la Banque internationale, au sein de laquelle il commence comme employé pour finir directeur général. En 1970, il fait partie des membres fondateurs de la société de compensation Cedel, qu’il ne quitte qu’en 1990 et qui est à l’origine de l’Edmond Israel Foundation. De 1989 à 1996, Israel préside la Bourse de Luxembourg. Par ailleurs, il s’engage en faveur d’un dialogue entre les religions au sein de l’Association interconfessionnelle et d’un dialogue entre les cultures asiatique et européenne au sein de l’Asia-Europe Foundation.

Edmond Israel est l’auteur de nombreux écrits scientifiques sur la place financière de Luxembourg. Passionné par des questions de philosophie et de littérature, il accepte en 1989 la présidence de la Fondation Servais pour la littérature luxembourgeoise. Si dès son enfance sa prédilection est la poésie, aucun de ses poèmes n’a cependant été publié jusqu’ici. À l’occasion du centenaire de la Banque internationale en 1956, Israel conçoit la revue Häss de dât geduecht? en collaboration avec Joss Jens. Sa seule publication littéraire est son recueil de mémoires, La vie, passionnément. À la fin de cet ouvrage rédigé sous forme de dialogues avec Raymond Flammant, on trouve des contes modernes, dans lesquels Israel, se référant au Prix Nobel de chimie Ilya Prigogine, souligne la nécessité d’un nouveau mode de pensée et d’une nouvelle conception éthique, engendrant un sens accru des responsabilités et une meilleure cohésion sociale, au-delà des clivages raciaux et religieux. Cet ouvrage est également édité en anglais en 2006, sous le titre In Love with Life.

Cet article est signé Germaine Goetzinger

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Galerie. Revue culturelle et pédagogique
    Noms utilisés
    Edmond Israel

Études critiques

Membre

  • Fondation Servais
  • Revue (Theater)
Citation:
Germaine Goetzinger, « Edmond Israel », sous : , mise à jour du 11.12.2020, consulté le .