Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Christian Clement

Luxembourg

Christian Clement fréquente l’école primaire de Bonnevoie, puis de Bettembourg, puis l’Athénée et le Lycée technique des arts et métiers. Il finit ses études secondaires à l’Institut Sainte-Marie à Arlon, en section sciences sociales appliquées. De 1999 à 2003, il entame des études de philosophie et de pédagogie à l’université libre de Bruxelles et à la Haute École de Bruxelles. Jusqu’en 2011, il travaille comme éducateur à Luxembourg. Après un retour à Bruxelles, il habite depuis 2014 au Kenya, où il s’engage dans des projets humanitaires, surtout dans le domaine de l’éducation et des arts. Il s’intéresse aux philosophies orientales et africaines.

Christian Clement est chanteur, guitariste, pianiste, auteur-compositeur et fondateur du groupe luxembourgeois Traumkapitän, dont Luc Caregari a fait également partie. Il joue et enregistre en Inde et au Kenya.

Christian Clement est également auteur. Den Ubu als Kinnik - Cocó Chanël est une pièce de théâtre en langue luxembourgeoise dont le premier tapuscrit date de 2012. Fortement inspirée par Ubu Roi d’Alfred Jarry, elle raconte l’histoire du père Uppert qui, ayant assassiné le roi de Labberbuerg, se proclame lui-même roi. La pièce dénonce la cupidité, la soif de pouvoir et l’irresponsabilité des dirigeants du pays. L’expression cocó ˗ mot qui en portugais vulgaire désigne les excréments ˗ est utilisée comme élément de censure satirique pour des notions taboues, surtout du domaine de l’argent et des jurons, tout en jouant avec la connotation, antithétique, de la haute couture avec Coco Chanel. Le langage des personnages est un luxembourgeois vulgaire et détourné, par lequel l’auteur se met dans la tradition du théâtre absurde. Den Ubu als Kinnik est par ailleurs la deuxième adaptation grand-ducale du livre d’Alfred Jarry, celui-ci ayant été transposé une première fois en luxembourgeois par Roger Manderscheid en 1980 pour le festival international de Wiltz, sous le titre den ubbu gët kinnék.

En 2016, une version retravaillée du drame de Clement est publiée dans la collection Amphitheater. La même année, Cocóóó Chanël est créé au Théâtre national du Luxembourg, avec une mise en scène d’Anne Simon. En outre, Christian Clement a publié deux récits : D’Wullmaus, une histoire en luxembourgeois sur un fonctionnaire, dans la revue Salzinsel en 2007, ainsi qu’un texte en allemand, Der Schnalleffekt, dans le coffret d’artiste Portofolio en 2011.

Cet article est signé Sandra Schmit

Publications

Études critiques

Citation:
Sandra Schmit, « Christian Clement », sous : , mise à jour du 26.10.2020, consulté le .