Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Bruno Agostini


Photo :
© Droits réservés/Alle Rechte vorbehalten

Bruno Agostini

Naples ()

Bruno Agostini est le père de Viviana Agostini. Après des études de français (langues, littératures et institutions de l’Europe occidentale) à l’Istituto universitario orientale à Naples, il travaille dans le milieu bancaire et de la finance internationale, d’abord dans une banque à Naples entre 1974 et 1980, et depuis 1980 à Luxembourg, où il officie auprès de différentes banques italiennes, entre autres dans des conseils d’administration. Agostini occupe depuis 1998 la vice-présidence de la Chambre de commerce italo-luxembourgeoise et, depuis 2015, la présidence de la Fondation Cavour à Luxembourg, qui promeuvent les relations économiques et culturelles entre le Grand-Duché et l’Italie. Agostini détient la double nationalité italo-luxembourgeoise.

Bruno Agostini écrit des romans en italien. En 2010-2011, il débute avec une trilogie de romans policiers situés dans sa ville natale de Naples. Même si l’auteur n’y a plus remis les pieds depuis 1980, la ville de sa jeunesse se trouve au centre de la série autour du « Direttore Generale » éponyme. Le récit raconte le déclin de la plus grande banque de l’Italie méridionale et les activités de la Camorra, qui se trouve aux commandes dans une multitude de domaines, publics comme illégaux. Les romans abordent les thèmes de la lutte pour le pouvoir, de la corruption, des assassinats, du commerce des drogues et des organes, de la traite des êtres humains, de la contrebande d’antiquités mises au jour à Pompéi, de la recherche de la justice, mais aussi de l’amour et de l’amitié.

Dans I giardini di Pfaffenthal [= Les Jardins de Pfaffenthal] (2017) l’intrigue se déroule au Luxembourg. Le récit alterne d’un chapitre à l’autre deux parcours biographiques et deux espaces temporels différents, qui vont finir par se rejoindre : celui d’un policier malade chargé de la section des suicides dans le Luxembourg du début du XXIe siècle et celui d’un jardinier juif qui vit au Pfaffenthal depuis sa jeunesse dans les années 1930. La découverte de tombes vides sans cadavre et l’enquête policière qui s’ensuit amènent le lecteur à la période de la Seconde Guerre mondiale. Le récit aborde le sort de la population juive au Luxembourg au cours de ces années et lance des réflexions sur le mal commis par l’humanité et sur la vengeance.

Le roman Nonostante questa primavera (2018) est de nouveau situé à Naples. Il présente surtout le destin de deux femmes issues de milieux sociaux très différents, qui se voient obligées de choisir entre liberté et sécurité confortable.

Cet article est signé Nicole Sahl

Publications

Études critiques

Citation:
Nicole Sahl, « Bruno Agostini », sous : , mise à jour du 25.09.2020, consulté le .