Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Pe'l Schlechter


Photo :
© Wolfgang Osterheld/Collection CNL

Pe'l Schlechter

Paul Schlechter
Luxembourg

Pseudonymes : Pe'l

Pe’l (Paul) Schlechter est le fils de Demy Schlechter, le frère de Ger Schlechter et l’oncle de Lambert Schlechter. Il fréquente l’Athénée de Luxembourg à partir de 1933 et l’École d’artisans de l’État à Luxembourg de 1937 à 1939. Il suit aussi des cours de décoration auprès de Josy Meyers. Par la suite, il travaille pour différents architectes. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est muté au Reichsarbeitsdienst, puis enrôlé de force sur le front de l’Est, en Silésie et en Pologne notamment. Pe’l Schlechter déserte aux Pays-Bas et se réfugie dans la clandestinité à Rotterdam. Après 1945, il travaille pendant cinq années avec les architectes Léon Loschetter et Pierre Reuter, chargés de reconstruire les églises endommagées pendant la guerre. Ensuite, il est engagé par l’architecte Pierre Gilbert avant de diriger son propre atelier d’arts graphiques à Luxembourg pendant dix ans. De 1972 à 1976, il occupe les postes de chef des services techniques et de graphiste au sein de la Société des foires internationales de Luxembourg.

En tant que graphiste et dessinateur, Pe’l Schlechter a assuré des travaux très variés. Il a réalisé de nombreuses affiches, mais aussi illustré diverses brochures, ainsi que des couvertures des œuvres complètes des classiques de la littérature luxembourgeoise publiées par les éditions J.-P. Krippler-Muller, parmi lesquelles celles d’Adolf Berens, Auguste Liesch, Tit Schroeder, Willy Goergen, Max Goergen, Michel Rodange, Michel Lentz et Dicks. Créateur et collectionneur d’ex-libris, Pe’l Schlechter a été cofondateur du Cercle Pierre Roberti. En collaboration avec Henri Hanlet, il a publié le Répertoire de l’ex-libris luxembourgeois des origines à nos jours en deux volumes [vol. 1 : 1622-1993 (1997), vol.2 : 1993-2000 (2019)]. En 2001, le Cercle Pierre Roberti fait paraître le volume Exlibris avec 101 vignettes illustrées par Pe’l Schlechter. En 2017, Design Friends, une plateforme de design, publie une brochure contenant un abrégé de la biographie de Pe’l Schlechter ainsi que des exemples de son œuvre graphique.

Sur le plan littéraire, Pe’l Schlechter a écrit et illustré des histoires pour enfants, notamment une adaptation luxembourgeoise de Struwwelpeter. Après la Seconde Guerre mondiale, il dessine les premières histoires en images luxembourgeoises de deux garnements, De Bim an de Jopi dans Revue. La Revue publie De ve'ereckege Rondel (1948-1949) et De bloen Hari (1949). Pe’l Schlechter peut être considéré, avec Gab Weis et Félix Mersch, comme l’un des pères de la bande dessinée luxembourgeoise. Il est par ailleurs l’auteur de la pièce radiophonique inédite Déi vum anere Stèr. Il a publié également des poèmes et des nouvelles humoristiques dans d’Lëtzebuerger Land, Revue, Les Cahiers luxembourgeois, nos cahiers, Cahiers de Bourscheid, Warte-Perspectives et Eis Sprooch (association Actioun Lëtzebuergesch). Ses récits ont également paru dans l’édition Fester feieren, publiée à l’occasion du 20e anniversaire des Walfer Bicherdeeg. Pe’l Schlechter a illustré et traduit en luxembourgeois le récit pour enfants Anni et le secret des Raschpëtzer de Hénoké Courte (2017).

A l’âge de 91 ans, Pe’l Schlechter publie un roman autobiographique, De Pol muss an de Krich, rassemblant ses souvenirs de la Seconde Guerre mondiale. Le roman débute en 1938, avec la description des premières amours de l’auteur, qui se déroulent dans une atmosphère prude influencée par l’Église catholique. C’est avec l’invasion allemande du 10 mai 1940 que sa vie bascule. Pe’l Schlechter relate alors avec maints détails les conséquences de l’occupation et la nazification des Luxembourgeois, les réactions des indigènes face à l’oppression des nazis et son propre enrôlement forcé dans le Reichsarbeitsdienst et la Wehrmacht. Après sa formation comme soldat de l’armée de l’air, il est déployé en France, en Allemagne et en Hollande, d’où il parvient à déserter avec l’aide d’organisations de résistance hollandaises. Dans un style empreint de légèreté et d’humour, Pe’l Schlechter raconte ses aventures et rencontres au moyen de nombreuses anecdotes à la fois drôles et émouvantes, qui constituent une importante source de documentation concernant l’époque de la Seconde Guerre mondiale.

Dans Wéini kënnt fréier erëm?, Pe’l Schlechter retrace ses souvenirs d’enfance pendant la période d’avant-guerre. Dernier-né dans une famille de cinq enfants établie au quartier du Limpertsberg, il fait face, à l’âge de deux ans, au décès précoce de son père. L’entretien de toute la famille repose sur les épaules de sa mère et de sa tante Virginie Muller, qui travaille comme première vendeuse dans une boutique de la Grand-Rue et en souvenir de laquelle Poutty Stein a écrit la chanson O Wirsch ! Dans ces mémoires, Pe’l Schlechter décrit ses années d’école primaire, sa première communion, la Schueberfouer et d’autres traditions luxembourgeoises. De même, il dépeint diverses institutions et organisations culturelles et sportives de la ville de Luxembourg, telles que des théâtres, cinémas, revues, concerts, bains municipaux et organisations scoutistes. La passion du théâtre se manifeste dans toute sa famille, en commençant par ses frères et sœur Rob, Vic, Ger et Anni, sa nièce Annette et la femme de son neveu Lambert Schlechter, Christiane. En brossant, à l’aide d’anecdotes humoristiques, une galerie de portraits des membres de sa famille et de son entourage, Pe’l Schlechter ravive la mémoire d’une époque.

En 1989, 1991 et 1993, Pe’l Schlechter est récompensé pour les poèmes Eng Zammerkëscht et Déi do uewen lors du concours dialectal de la Sarre. Il se voit décerner le prix Gëllene Schniewel en 1991. En 1995, il reçoit la plaquette en argent Dicks-Rodange-Lentz de l’Actioun Lëtzebuergesch, conjointement avec son frère, Ger Schlechter.

Cet article est signé Roger Muller

Publications

Participations diverses

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    An der Ucht. Letzeburger Familjekalenner
    Noms utilisés
    Pe'l
  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    Pe'l Schlechter
  • Titre des périodiques
    Eis Sprooch (Actioun Letzebuergesch)
    Noms utilisés
    Pe'l Schlechter
  • Titre des périodiques
    Kompass (De) [CAJL]. Zäitschrëft vum AJISSEM
    Noms utilisés
    Pe'l Schlechter
  • Titre des périodiques
    Lëtzebuerger Land (d') / d'Letzeburger Land / LL. unabhängige Wochenschrift für Politik, Wirtschaft und Kultur
    Noms utilisés
    Pe'l Schlechter
  • Titre des périodiques
    nos cahiers. Lëtzebuerger Zäitschrëft fir Kultur
    Noms utilisés
    Pe'l Schlechter
  • Titre des périodiques
    Ons Jongen. organe de la ligue des conscrits luxembourgeois réfractaires au service militaire allemand
    Noms utilisés
    Pe'l
  • Titre des périodiques
    Revue / Lëtzebuerger illustréiert Revue
    Noms utilisés
    Pe'l Schlechter
  • Titre des périodiques
    Revue de la Jeunesse. éditée par la Croix-rouge luxembourgeoise
    Noms utilisés
    Pe'l Schlechter
  • Titre des périodiques
    Warte (Die) = Perspectives. Supplément culturel du Wort
    Noms utilisés
    Pe'l Schlechter

Études critiques

Distinctions

Membre

  • Cercle Pierre Roberti [amateurs de ex-libris]

Archives

Citation:
Roger Muller, « Pe'l Schlechter », sous : , mise à jour du 14.05.2021, consulté le .