Eugen Ewert

Eugène Ewert

Pseud.: Harry Düssel ; e. ; E.E. ; Lister ; Rikki-tikki-tavi ; Emil Schmit

Hollerich (alors commune de Hollerich) - Luxembourg


Photo: Eugen Ewert
Eugen Ewert
Photo: ©

Eugen Ewert est le fils d'un employé des postes. Il travailla comme journaliste et éditeur et joua des rôles alternants dans la vie littéraire luxembourgeoise.

Dans un premier temps, Eugen Ewert édita des petites revues culturelles. Il reprit ainsi en 1928, peu après sa création, la revue Junge Welt qui parut sous sa direction à intervalles irréguliers jusqu'en 1932. Parmi ses collaborateurs se trouvèrent entre autres Peter Faber, Joseph Funck, Pierre Grégoire, Emil Marx, Pol Michels, Joseph-Émile Muller, Marie Henriette Steil, Gust van Werveke et Batty Weber. Les éditions de la Junge Welt publièrent aussi en 1933 les premiers numéros du magazine féminin d'Emma Weber-Brugmann, Die Luxemburgerin. En 1929, Eugen Ewert racheta le journal cinématographique Hollywood à ses fondateurs Emil Marx et Nicolas Molling. En 1930, il publia l'almanach Das Junge Luxemburg spricht, en hommage à Batty Weber.

Dans les années 1930, Eugen Ewert bascula dans le camp nationaliste et, plus tard, dans le camp national-socialiste. À partir de 1933, il fut le rédacteur chargé de la littérature au sein du journal nationaliste Luxemburger Volksblatt et publia également des articles consacrés à la culture et à la littérature dans le Nationalblatt de Trèves. À partir de 1935, il fut secrétaire de la GEDELIT. Entre 1936 et 1938, Eugen Ewert affichait ses sympathies pour l'évolution politique et littéraire en Allemagne dans Les Cahiers luxembourgeois, entre autres dans une polémique avec Joseph-Émile Muller. En 1939, il contribua à Alles fir d'Hemecht, une anthologie éditée par Jean Pétin.

Entre 1940 et 1944, Eugen Ewert occupa différents postes dans la presse luxembourgeoise. Après avoir été licencié du Luxemburger Volksblatt en 1940, il passa à l'édition luxembourgeoise du Nationalblatt, où il occupa des fonctions dirigeantes jusqu'en 1944.

Eugen Ewert écrivit des articles sur la littérature, la culture et l'histoire de la culture dans Westdeutscher Beobachter, Brüsseler Zeitung, Moselland et Westmark. Il fut l'auteur de Die Luxemburger im Reich (1943) et l'éditeur de la brochure Zehn Jahre Kunstkreis Luxemburg, publiée à l'occasion du dixième anniversaire de la GEDE LIT en 1944. Après la libération, Eugen Ewert quitta le Luxembourg. Sous le pseudonyme d'Emil Schmit, il anima pendant quelques mois à Stuttgart des émissions radiophoniques destinées au Luxembourg. Après son retour forcé au Grand-Duché, il fut condamné à plusieurs années de prison pour son attitude germanophile.

Pierre Marson

Collaboration à des périodiques

Titre du périodique Noms utilisés
Brüsseler Zeitung
Eugen Ewert
Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
Eugen Ewert
Hollywood
Eugen Ewert
Junge Welt. Literatur-Kunst-Sport-Schönheit
Harry Düssel
E.E.
Eugen Ewert
Lister
Rikki-tikki-tavi
Luxemburger Landeszeitung und Freie Presse
Lister
Luxemburger Volksblatt II. Unabhängige Tageszeitung
Eugen Ewert
Moselland. kulturpolitische Monatshefte
Eugen Ewert
Nationalblatt
e.
E.E.
Eugen Ewert
Westdeutscher Beobachter
Eugen Ewert
Westmark (Die). Monatsschrift für deutsche Kultur
Eugen Ewert

Études critiques (auteur & œuvre)

Auteur Année Info
Emile Haag
1976-1977 Die Luxemburger Gesellschaft für deutsche Literatur und Kunst (Gedelit). 4 Teile. In: Hémecht 28 (1976), H. 1, S. 5-26; H. 2, S. 101-157; H. 3, S. 285-320; 29 (1977), H. 2, S. 133-171.
Emile Krier
1978 Deutsche Kultur- und Volkstumspolitik von 1933-1940 in Luxemburg. (Diss. Phil. Fak. Rheinische Friedrich-Wilhelms-Univers. Bonn, masch.)
1998 Histoire de l’extrème-droite au Grand-Duché de Luxembourg au XXe siècle

Références

Auteur Année Info yearsort
Nicole Sahl
2018 Kleines ABC der Pseudonyme in Luxemburg 2018

Membre

Nom
GEDELIT
Kunstkreis Luxemburg e.V.
Dernière mise à jour 21.03.2016