Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Nicolas Ries


Photo :
© Droits réservés/Alle Rechte vorbehalten

Nicolas Ries

Flaxweiler Luxembourg

Pseudonymes : Alceste ; Celui-là ; Jean de la Cluse ; Lepékin ; N.R. ; Philinte ; -s. ; ...s ; Vatel Le Jeune ; Jean Vedruns

Nicolas Ries est issu d'une famille de vignerons et d'agriculteurs. Après avoir fréquenté l'Athénée de Luxembourg, il suivit des études de philologie classique et de lettres françaises aux Cours supérieurs à Luxembourg et aux universités de Paris et de Munich. À partir de 1903, il enseigna le latin et le français à Luxembourg, puis, à Diekirch à partir de 1905 et à l'École industrielle et commerciale à Luxembourg à partir de 1911.

Nicolas Ries est l'un des intellectuels francophiles luxembourgeois les plus en vue de la première moitié du XXe siècle. Il fut membre des Amitiés françaises, de l'Alliance française et de l'Association des professeurs de l’enseignement supérieur et moyen. Il s'engagea en tant que membre du Comité central dans la Fédération des Associations pour l'éducation populaire et publia, entre 1913 et 1929, irégulièrement des articles dans le Volksbildungskalender. Il fut aussi membre fondateur de la SELF, vice-président de l'AGEL/ASSOSS ainsi que membre de la Société des amis des musées et de l'Institut grand-ducal, Section de linguistique, de folklore et de toponymie.

Nicolas Ries rédigea en 1916 l'essai politique Die Grundlagen der Demokratie. En 1923, il fut, en collaboration avec Frantz Clément, Mathias Esch, Joseph Hansen, Nicolas Braunshausen, Mathias Tresch et Paul Palgen, cofondateur des Cahiers luxembourgeois. Nicolas Ries fut secrétaire de rédaction de cette publication des éditions Paul Schroell jusqu'à leur interdiction en 1940. Il y publia la plupart de ses articles historiques, culturels et architecturaux ainsi que des critiques littéraires et artistiques. Par ailleurs, il dressa les bilans des différentes saisons théâtrales et alimenta régulièrement les rubriques Notes, Revue des revues et Échos et intention. Dans les années 1930, il publia des éditions spéciales des Cahiers luxembourgeois, consacrées à différentes localités et régions luxembourgeoises. Il recueillit plusieurs de ces articles dans Le Beau Pays de Luxembourg, paru en allemand en 1928, sous le titre Das romantische Luxemburg. En collaboration avec Robert Hausemer, Nicolas Ries décrit les paysages, les curiosités et les bâtiments historiques du Luxembourg. En 1938, il fut le lauréat du Prix de littérature touristique.

Nicolas Ries fit ses débuts littéraires avec des comédies en allemand mises en scène mais restées inédites, telle que la pièce romantique Johann der Blinde oder Ritter und König (1899). Dans les années 1930, il publia les romans en langue française Le Diable aux champs et Sens unique, dans lesquels il raconte l'histoire de personnages du monde rural et agricole qui essaient de dépasser les frontières d'un esprit traditionaliste sans pour autant renier leur amour du terroir et de la nature. Le roman inachevé Le Boxeur impénitent raconte le retour au pays d'un émigré d'Amérique. Dans plusieurs de ses récits, Nicolas Ries relate ses souvenirs d'enfance et ses impressions de voyage.

Nicolas Ries est aussi l'auteur de l'Essai d'une psychologie du peuple luxembourgeois, une étude du peuple luxembourgeois d'un point de vue ethnologique et psychologique, à travers laquelle l'auteur analyse les mœurs, la langue et les coutumes religieuses, sociales et culturelles. Une version augmentée parut en 1920. Comme dans l'article Le dualisme linguistique et psychique du peuple luxembourgeois (1911), Nicolas Ries y évoque les possibilités restreintes de l'activité culturelle dans un pays assimilant différentes cultures. Sous le pseudonyme de Philinte, Nicolas Ries écrivit des chroniques et des critiques sur la culture et de l'actualité dans les journaux Landwirt et Escher Tageblatt. Ces articles furent recueillis dans Die Luxemburger Sprichwörter et Le sourire de Philinte.

Cet article est signé Claude D. Conter Claude D. Conter

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Arts et lettres. publication de la Section des arts et des lettres de l'Institut grand-ducal
    Noms utilisés
    Nicolas Ries
  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    Alceste
    Jean Vedruns
    Nicolas Ries
    Jean de la Cluse
    Philinte
    Vatel Le Jeune
    ...s
  • Titre des périodiques
    Floréal. revue libre d’art [et] de littérature = freie Rundschau für Kunst und Litteratur
    Noms utilisés
    Nicolas Ries
  • Titre des périodiques
    Grand-Ducal (Le). moniteur littéraire et politique du Luxembourg
    Noms utilisés
    Nicolas Ries
  • Titre des périodiques
    Kampf (Der). Wochenschrift der Kommunisten Luxemburgs
    Noms utilisés
    Lepékin
  • Titre des périodiques
    Landwirth (Der) / Landwirt (Der)
    Noms utilisés
    Nicolas Ries
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Freie Presse
    Noms utilisés
    Celui-là
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Heimatkalender. Gratis-Zugabe der Obermosel-Zeitung
    Noms utilisés
    Nicolas Ries
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Volksbildungskalender
    Noms utilisés
    Nicolas Ries
  • Titre des périodiques
    Marches de l'Est (Les). (Alsace, Lorraine, Luxembourg, Ardennes, pays wallons, Suisse romande) : revue mensuelle illustrée : recueil de littérature, d'art, d'histoire et de politique
    Noms utilisés
    Nicolas Ries
  • Titre des périodiques
    Neue Luxemburger Kalender (Der). Eine Publikation von Tony Jungblut
    Noms utilisés
    Nicolas Ries
  • Titre des périodiques
    neue Zeit (Die) = Les Temps nouveaux [1911-1914]. Organ für fortschrittliche Politik und Volksbildung
    Noms utilisés
    Nicolas Ries
  • Titre des périodiques
    Pages de la SELF (Les)
    Noms utilisés
    Nicolas Ries
  • Titre des périodiques
    Tageblatt / Escher Tageblatt = Journal d'Esch. Zeitung fir Lëtzebuerg
    Noms utilisés
    Philinte

Études critiques

Distinctions

Membre

  • Alliance française
  • Amitiés françaises
  • APESS - Association des professeurs [avant 1940: de l’enseignement supérieur et moyen, après guerre: de l'enseignement supérieur et secondaire]
  • ASSOSS/AGEL - Association générale des étudiants luxembourgeois (1912)
  • Institut grand-ducal Section de linguistique, de folklore et de toponymie (1935-97)
  • SELF / S.E.L.F. - Société des écrivains luxembourgeois de langue française
  • Société des Amis des Musées
  • Société des écrivains ardennais (Charleville-Mézières)
  • Volksbildungsverein = Allgemeiner Volksbildungsverein für das Großherzogtum Luxemburg = Association d'éducation populaire

Archives

Citation:
Claude D. Conter, « Nicolas Ries », sous : , mise à jour du 10.08.2020, consulté le .