Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : René Engelmann


Photo :
© Collection CNL

René Engelmann

Vianden Diekirch

René Engelmann est le fils d'une institutrice et d'un restaurateur. Après l'école primaire, il fréquenta le Gymnase de Diekirch, où il obtint les meilleurs résultats du pays au baccalauréat en 1899. De 1899 à 1903, il suivit des études aux Cours supérieurs, puis il fit des études de latin ainsi que de lettres françaises, allemandes et anglaises à Paris et à Berlin. À Berlin, René Engelmann et son ami Mathias Esch étaient en contact avec Norbert Jacques. René Engelmann aurait également suivi des études à l'Université de Vienne, mais cette information n'a pas pu être confirmée. En 1903, il passa sa première année de stage à Berlin ainsi qu'à Bâle, auprès du professeur John Meier. Celui-ci avait consacré des études à l'ouvrage du frère Hermann Leben der Gräfin Yolanda von Vianden. À la demande du gouvernement, René Engelmann passa l'année académique 1905-06 à Londres, avec Joseph Tockert. Par la suite, il fut l'un des premiers professeurs d'anglais du pays au Gymnase de Diekirch. René Engelmann se donna la mort à l'âge de trente-quatre ans.

René Engelmann se distingua d'abord par des travaux linguistiques. C'est vraisemblablement sur incitation de John Meier qu'il réalisa l'étude Vokalismus der Viandener Mundart, publiée dans le cadre du programme du Gymnase de Diekirch en 1910. Cette étude a contribué à promouvoir l'analyse scientifique du luxembourgeois. Ses Vorschläge zur Regelung der luxemburgischen Rechtschreibung (1916), publiés à titre posthume et connus en tant qu'orthographe Engelmann/Welter, sont importants du point de vue de l'histoire linguistique. En 1910, René Engelmann publia en outre une étude consacrée à l'histoire de la langue et de la littérature allemandes, intitulée Beiträge zur Geschichte der deutschen Sprache und Literatur. Elle comporte entre autres l'essai Ein Mittelfränkisches Accentgesetz.

L'œuvre littéraire et critique de René Engelmann est parue à titre posthume. Le recueil Auf heimatlichen Pfaden comprend entre autres quatre nouvelles, dans lesquelles les femmes sont souvent les personnages principaux ainsi que des critiques d'ouvrages de Batty Weber, Frantz Clément et Nicolas Ries. Les histoires se déroulent à Vianden, dont la société est parfois mise en scène de manière critique par René Engelmann Il publia également des articles littéraires et de critique littéraire dans Floréal, Luxemburger Zeitung, Neue Zeit et, à partir de 1909 dans le journal libéral Landwirt. René Engelmann est l'auteur de l'étude critique Victor Hugo à Vianden (1902). Il s'intéresse égalemant à Vianden dans l'étude historiographique Aus einem alten Viandener Hausregister 1770-1806 (1913).

Deux nouvelles, inconnues jusque-là, sont publiées dans le catalogue d'exposition René Engelmann 1880-1915. Leben-Werk-Zeit. Le personnage et l'œuvre de René Engelmann ont d'ailleurs suscité un intérêt récent, comme en témoigne le monologue inédit Engel-Mann d'André Link qui raconte les derniers jours ainsi que le suicide de l'auteur, Claude Mangen interpréta en 2004 et 2005 le rôle titulaire.

Cet article est signé Pierre Marson Pierre Marson

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    René Engelmann
  • Titre des périodiques
    Floréal. revue libre d’art [et] de littérature = freie Rundschau für Kunst und Litteratur
    Noms utilisés
    René Engelmann
  • Titre des périodiques
    Galerie. Revue culturelle et pédagogique
    Noms utilisés
    René Engelmann
  • Titre des périodiques
    Landwirth (Der) / Landwirt (Der)
    Noms utilisés
    René Engelmann
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Volksbildungskalender
    Noms utilisés
    René Engelmann
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Zeitung III [1868-1941] / LZ
    Noms utilisés
    René Engelmann
  • Titre des périodiques
    neue Zeit (Die) = Les Temps nouveaux [1911-1914]. Organ für fortschrittliche Politik und Volksbildung
    Noms utilisés
    René Engelmann

Études critiques

Archives

Citation:
Pierre Marson, « René Engelmann », sous : , mise à jour du 18.04.2019, consulté le .