Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Martin Schweisthal


Photo :
© Collection CNL

Martin Schweisthal

Bettborn Etterbeek ()

Pseudonymes : Peregrinus ; Pierre Quiroule

Martin Schweisthal passa son baccalauréat à l'Athénée de Luxembourg en 1877 et fréquenta l'École pratique des hautes études à Paris. Après des études de philosophie et de littérature à Prague et à Heidelberg, il se spécialisa en archéologie et fut nommé président de la société archéologique de Bruxelles. En 1889, il devint bibliothécaire au service du comte de Flandre. Par ailleurs, il fut directeur de la section germanophone du Bureau international des tarifs douaniers et, de 1912 à 1922, bibliothécaire du roi Albert de Belgique.

Dans le Luxemburger Wort, Martin Schweisthal publia  sous le pseudonyme de Pierre Quiroule les feuiletons  Reisebriefe et Aus der Residenz eines Prätendenten (1885). Die Blume von Pergamum (1887) relate les conflits culturels et religieux entre les occupants romains et la population de Pergame. La répression et la résistance sont aussi les sujets de la tragédie Klöppelkrieg, rédigée en collaboration avec Nicolas Leonardy. Par ailleurs, Martin Schweisthal écrivit les comédies Le Tableau et Les Corsaires, ainsi que deux drames historiques, dont l'un, Anne de Laval, évoque la Jeanne d'Arc belge. Ce personnage est également au centre de l'étude historique Anne de Laval, une héroïne nationale, à laquelle Martin Schweisthal se livra en 1900.

Martin Schweisthal consacra en outre des études à l'esthétisme et à la phonétique et publia des articles sur la langue luxembourgeoise dans Ons Hémecht, Luxemburger Wort et dans l'étude Die Luxemburger Mundart. Il développa ces articles dans l'étude Les Francs des bords de la Moselle et leurs descendants de Transylvanie. Martin Schweisthal défendit la thèse que le texte La vie de la vénérable Yolande n'avait pas été écrit en luxembourgeois et que l'usage du luxembourgeois comme langue littéraire débuta seulement au XIXe siècle. Il publia par ailleurs des ouvrages à l'archéologie et à l'histoire de l'architecture, par exemple Die Schloßruinen von Useldingen (1889, sous le pseudonyme de Peregrinus),  La halle germanique et ses transformations (1907) et L'histoire de la maison rurale (1906), ainsi que des notes biographiques sur la famille royale de Belgique.

Cet article est signé Claude D. Conter Claude D. Conter

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Hémecht / Ons Hémecht / 'T Hémecht
    Noms utilisés
    Martin Schweisthal
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Wort / d'Wort / LW
    Noms utilisés
    Martin Schweisthal
    Peregrinus
    Pierre Quiroule

Études critiques

Membre

  • Société archéologique (Luxembourg) = Société Royale Grand-Ducale pour la recherche et la conservation des monuments historiques dans le Grand-Duché de Luxembourg
  • Wörterbuch der luxemburgischen Mundart (1906)

Archives

Citation:
Claude D. Conter, « Martin Schweisthal », sous : , mise à jour du 30.03.2020, consulté le .