Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Anise Koltz


Photo :
© Wolfgang Osterheld/Collection CNL

Anise Koltz

Luise Anna Blanpain [né(e)]
Luxembourg-Eich

Pseudonymes : Lotte Markus

Née d’une mère luxembourgeoise et d’un père belge, Raymond Hubert Blanpain, Anise Koltz fréquente le Lycée de jeunes filles à Luxembourg, mais interrompt ses études secondaires pour épouser le médecin René Koltz, futur directeur du domaine thermal de Mondorf-les-Bains. Mère de trois enfants, elle se consacre alors à sa famille. Participant à des congrès et à des rencontres de poètes, elle est à l’origine, avec son mari René Koltz, Nic Weber, Edmond Dune et Horst Bingel, de la création des Journées littéraires de Mondorf en 1962. Perpétuées jusqu’en 1974, les Journées connaissent une interruption de plusieurs années, avant de reprendre, de 1995 à 1999, avec Jean Portante. Ce rendez-vous visait la rencontre entre auteurs de nationalités différentes et était destiné, en particulier, à favoriser des échanges entre écrivains germanophones et francophones. La manifestation s'inscrivait dans la tradition des rendez-vous franco-allemands de Colpach, rendant ainsi hommage au grand-oncle d'Anise Koltz, Émile Mayrisch. Les Journées accueillirent notamment Thomas Bernhard, Peter Handke, Gabriele Wohmann, Walter Helmut Fritz, Alain Bosquet, Jacques Izoard, Michel Deguy, Eugène Guillevic et Gisèle Prassinos. Après la mort de son époux en 1971, Anise Koltz travaille comme bibliothécaire à la Thomas Mann-Bibliothek de Luxembourg (1972-1975) ; elle y soigne des échanges intellectuels et de nombreux contacts internationaux dans le monde littéraire. Anise Koltz fut membre de la SELF et de la LSV. La poétesse est membre de l'Académie Mallarmé à Paris, du P.E.N. Club de Belgique et du P.E.N. Club français ainsi que de l'Institut grand-ducal, Section des arts et des lettres. Elle œuvre à la création, en 1996, de l’Académie européenne de poésie avec Alain Bosquet. Elle en a été la présidente et en est, depuis 2008, la présidente honoraire. Elle est également engagée dans le domaine humanitaire.

Celle que l’on surnomme couramment la « Grande dame » des lettres luxembourgeoises écrit d’abord en allemand. De 1953 à 1973, elle publie des nouvelles (Die Blumenwiese und andere Märchen, Märchen, Der Wolkenschimmel und andere Erzählungen) qui évoquent l'insécurité et le sentiment d’absurdité qui caractérisent la période de l'après-guerre, et des recueils de poésie (Gedichte, Spuren nach innen, Steine und Vögel, Den Tag vergraben ou encore Fragmente aus Babylon) qui soulèvent des questions existentielles inhérentes à la vie humaine. En 1966 paraît Cirque du Soleil, recueil bilingue traduit par Andrée Sodenkamp qui marque le début d’une longue série d’ouvrages publiés en France. Tournant déterminant de la carrière littéraire d’Anise Koltz, le décès de son époux, mort en 1971 des suites des mauvais traitements subis pendant la Seconde Guerre mondiale, détourne à jamais la poétesse de la langue allemande. Adoptant désormais le français comme langue d’écriture, Anise Koltz est avant tout poétesse, même si elle publie un ouvrage en prose, La Lune noircie (2009), relevant de l’écriture de l’intime, ainsi que quelques contes et récits pour enfants en allemand, luxembourgeois et français (Die Blumenwiese und andere Märchen, D'Chrëschtkënnche kënnt, De Clown) qu’elle illustre elle-même. La poésie d’Anise Koltz, concentrée, condensée, peu complaisante, met les mots à l’épreuve du temps, du silence, de la mort et de la condition humaine. Chargée de refus, de péchés dévorants, passeuse de contrées et de civilisations lointaines, notamment logées sur les berges du Nil, elle dissèque un monde détraqué dans lequel oiseaux funestes et consciences écorchées sont traversés de sourdes révoltes. Seul face à lui-même, le « je » poétique y sonde ses possibilités de transgression, traverse les âges, mais maltraite aussi un corps et une âme déchiquetés. Sous la menace qui gronde, Anise Koltz convoque pierres et brasiers, et évoque continuellement l’étrangeté des liens du sang, cristallisés par une figure maternelle inquiétante. Mettant à distance Dieu et l’idéologie chrétienne, elle choisit le langage comme refuge sacré et, bien qu’elle se méfie des mots, les assemble pour déconstruire les remparts de son existence. Après avoir publié de nombreux recueils au Luxembourg (Ailes de couteau (1978), Souffles sculptés (1988), Le Mur du son (1997), Le Porteur d’ombre (2001) ou encore La Muraille de l’alphabet (2010)) et en France (Le Jour inventé (1975), La Terre monte (1980), L’Ailleurs des mots (2007), Je renaîtrai (2011), Soleils chauves (2012), Galaxies intérieures (2013) ou encore Un monde de pierres (2015)), l’anthologie Somnambule du jour (2015) fait d’elle le premier écrivain luxembourgeois à intégrer la collection « Poésie » de l’éditeur Gallimard.

Anise Koltz publie des poèmes dans des périodiques étrangers comme Le Temps parallèle, Dire, Le Journal des poètes, Das Gedicht, Streit-Zeit-Schrift ou la revue de poésie ARPA. Elle écrit aussi pour Les Cahiers luxembourgeois, Galerie, Arts et lettres, Abril et forum. Elle a par ailleurs signé des récits de voyage concernant l'Égypte et l'Inde dans Warte-Perspectives et d'Lëtzebuerger Land. Plusieurs de ses textes ont été repris dans des anthologies luxembourgeoises et étrangères, telles que Deutsche Lyrik. Gedichte seit 1945 (Allemagne, 1961), La poésie française depuis 1950 (France, 1979), Une Europe des poètes (France, 1991), Anthologie des rencontres poétiques internationales en Suisse romande (France, 1994), World. Poems on the Underground (Angleterre, 2012), Mon royaume pour un livre (France, 2013), e-gutenberg (Luxembourg, 2014), ou encore Hällewull (Slovénie, 2014). De 1995 à 1997, elle fut coéditrice des anthologies des Journées littéraires de Mondorf. En outre, elle signa des critiques littéraires comme « La littérature de la République fédérale d'Allemagne » dans La Dryade (1975) et « La littérature au Grand-Duché de Luxembourg » dans La Revue générale (1990).

Les poèmes d'Anise Koltz ont été traduits en de nombreuses langues (français, anglais, espagnol, néerlandais, portugais, roumain, hongrois, bulgare, polonais, russe, suédois, macédonien…). Elle a elle-même traduit des ouvrages de Léopold Sédar Senghor et d'Andrée Sodenkamp en allemand. Quelques poèmes d'Anise Koltz ont été mis en musique par Lou Koster, Camille Kerger, Albena Petrovic-Vratchanska, Claus Krumlovsky, Josy Meisch, Edmond Cigrand et Pierre Even. Certains de ses recueils sont illustrés, notamment par Hap Grieshaber, Anna Recker, Marc Pessin, Philippe Galowich ou encore Joseph Probst. Ses poèmes ont aussi donné naissance à des livres d’artistes, comme L'Ombre déchaussée (1997) réalisé avec Robert Pillard-Valère, Naissances accélérées (1980), publié avec Roger Bertemes ou encore Hochsommer (2016), signé Kasia Lewandowska.

Anise Koltz est une figure incontournable des lettres luxembourgeoises et une ambassadrice du paysage littéraire de son pays. Les Journées littéraires de Mondorf lui permirent notamment de former un cercle poétique avec José Ensch, Gisèle Prassinos et Andrée Chedid. La poétesse participe régulièrement à des rencontres internationales de poésie, parmi lesquelles le « Printemps des poètes » ou le « Poetry Parnassus » en Angleterre, et a entretenu une correspondance abondante et régulière avec des écrivains du monde entier tels que Thomas Bernhard, Hermann Hesse, René Ménard, Alain Bosquet, Jean-Claude Renard, Andrée Chedid ou Ilse Aichinger. Engagée, Anise Koltz a apporté son soutien à la défense des droits de l’homme, à la cause de poètes persécutés ou encore aux victimes de catastrophes comme la crise économique grecque. En 1998, elle signe Enfants du monde, un reportage photographique publié au profit de SOS Interfonds Luxembourg.

Anise Koltz a obtenu de nombreux prix littéraires. Parmi les prix nationaux, citons le Prix de littérature luxembourgeoise (1961), le Prix Batty Weber (1996) et le Prix Servais (2008). En France, elle a décroché le Prix Claude Sernet (1981), le Prix Jean Malrieu (1991), le Prix Apollinaire (1998), le Prix de littérature francophone Jean Arp de l'Association capitale européenne des littératures (2009), le Prix Théophile Gautier (2011), le Prix des Découvreurs (2012) et, en 2016, le Prix Robert Ganzo de poésie attribué lors du Festival Etonnants voyageurs à Saint-Malo. Parmi les prix internationaux, relevons par ailleurs le Prix Blaise-Cendrars (Suisse, 1992), le Prix Antonio-Viccario (Wallonie-Bruxelles, 1994), l’International Prize of the best poem/Struga poetry evenings (Macédoine, 1994), le Grand Prix de littérature hors de France, le Prix de la Fondation Nessim Habif (Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, 1994), le Rheinlandthaler (Allemagne, 1997), le Prix de l'Unione lettori italiani, Un libro per la scuola, un autore per domani (Italie, 2003), le Prix Jans-Smrek (Slovaquie, 2006) et le Parnasszus Poetry Award (Budapest 2009). En 2018, le Goncourt de la poésie Robert Sabatier lui est attribué pour l’ensemble de son oeuvre.

Cet article est signé Frank Wilhelm et Ludivine Jehin

Publications

Traductions

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    ALP. art + littérature + politique
    Noms utilisés
    Anise Koltz
  • Titre des périodiques
    Arts et lettres. publication de la Section des arts et des lettres de l'Institut grand-ducal
    Noms utilisés
    Anise Koltz
  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    Lotte Markus
    Anise Koltz
  • Titre des périodiques
    Carleton Germanic Papers
    Noms utilisés
    Anise Koltz
  • Titre des périodiques
    Dire. Revue européenne de poésie
    Noms utilisés
    Anise Koltz
  • Titre des périodiques
    Doppelpunkt
    Noms utilisés
    Anise Koltz
  • Titre des périodiques
    Dryade (La). revue d'art et d'humanisme
    Noms utilisés
    Anise Koltz
  • Titre des périodiques
    forum. fir kritesch Informatioun iwer Politik, Kultur a Relioun
    Noms utilisés
    Anise Koltz
  • Titre des périodiques
    Galerie. Revue culturelle et pédagogique
    Noms utilisés
    Anise Koltz
  • Titre des périodiques
    Gedicht (Das). Zeitschrift für Lyrik, Essay und Kritik
    Noms utilisés
    Anise Koltz
  • Titre des périodiques
    Jeune poésie européenne. mensuel de création et d'information poétique culturelle et artistique
    Noms utilisés
    Anise Koltz
  • Titre des périodiques
    Journal des poètes (Le)
    Noms utilisés
    Anise Koltz
  • Titre des périodiques
    Lëtzebuerger Land (d') / d'Letzeburger Land / LL. unabhängige Wochenschrift für Politik, Wirtschaft und Kultur
    Noms utilisés
    Anise Koltz
  • Titre des périodiques
    Nouvelle Revue Française (La) / N.R.F.
    Noms utilisés
    Anise Koltz
  • Titre des périodiques
    Nouvelles Pages de la SELF (Les)
    Noms utilisés
    Anise Koltz
  • Titre des périodiques
    Origine I. revue franco-italienne de poésie
    Noms utilisés
    Anise Koltz
  • Titre des périodiques
    Reenbou. revue plurilingue de poésie = pluringual poetry magazine
    Noms utilisés
    Anise Koltz
  • Titre des périodiques
    Revue générale belge
    Noms utilisés
    Anise Koltz
  • Titre des périodiques
    Sud. Revue littéraire
    Noms utilisés
    Anise Koltz
  • Titre des périodiques
    Temps parallèle (Le)
    Noms utilisés
    Anise Koltz
  • Titre des périodiques
    Traversées. Revue littéraire trimestrielle
    Noms utilisés
    Anise Koltz
  • Titre des périodiques
    Warte (Die) = Perspectives. Supplément culturel du Wort
    Noms utilisés
    Anise Koltz
  • Titre des périodiques
    zäsur. unter Mitarbeit von epoche
    Noms utilisés
    Anise Koltz

Études critiques

Distinctions

Membre

  • Académie européenne de poésie
  • Académie Mallarmé (Paris)
  • Institut grand-ducal Section des arts et des lettres
  • LSV - Lëtzebuerger Schrëftstellerverband [1986-2016]
  • Mondorfer Dichtertage
  • PEN Club français
  • PEN International. Centre belge d’expression française
  • SELF / S.E.L.F. - Société des écrivains luxembourgeois de langue française

Archives

Citation:
Frank Wilhelm/Ludivine Jehin, « Anise Koltz », sous : , mise à jour du 12.03.2020, consulté le .