Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Marcel Reuland


Photo :
© Collection CNL

Marcel Reuland

Marcel Reuland-Wagner
Echternach Luxembourg

Fils du professeur, puis inspecteur principal Michel Reuland, Marcel Reuland fréquenta l'école primaire et le Gymnase d'Echternach. À partir de 1921, il continua ses études secondaires à l'Athénée de Luxembourg. En 1924, il entama des études de philosophie et de lettres aux Cours supérieurs à Luxembourg, puis enchaîna des études de commerce à l'Institut des hautes études commerciales à Anvers entre 1925 et 1929. Confronté à un manque de perspectives professionnelles, il rajouta des études de lettres à Luxembourg. Il enseigna le français et le latin à l'École industrielle et commerciale à Luxembourg à partir de 1934, à l'École industrielle et commerciale, par la suite Lycée de garçons, à Esch/Alzette de 1937 à 1953, et, à partir de 1953, au Lycée de garçons à Luxembourg. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Marcel Reuland fut obligé d'aller enseigner en Allemagne, entre autres à Kassel.

Marcel Reuland écrivit en langue luxembourgeoise des comédies, des farces, des opérettes, des récits, des poèmes chantant la nature et des lyrismes impressionnistes. Il fut, à ses débuts, scénariste d'une bande dessinée en rimes illustrée par René Collette parlant d'un galopin, Den Tunn, parue dans la Revue de la jeunesse. Ses pièces de théâtre sont en partie des transpositions de classiques étrangers adaptés à un contexte luxembourgeois, telles que De Friddche gët Dokter (Le médecin malgré lui de Molière), De Friddche muss dru gläwen (Le mariage forcé de Molière) ou encore E Summerdram (A Midsummer Night's Dream de Shakespeare). D'Spill vun der Bidden et De Märtes a seng Wonnergei s'inscrivent dans la tradition des farces médiévales alors que D'Guckucksblummen, Gudd Noperen, Op der Märei et D'Joffer Silvia sont des créations originales. Les farces et comédies de Marcel Reuland ont pour sujet les rapports entre les hommes avec leurs travers et leurs faiblesses, mais aussi des histoires d'amour contrariées au-delà des clivages sociaux. L'auteur y crée souvent un comique situationnel et langagier à travers un usage inapproprié de mots étrangers dans la langue luxembourgeoise. Entre 1945 et 1951, Marcel Reuland coopéra avec son collègue enseignant Léopold Hoffmann au sein de la troupe de théâtre scolaire du Lycée de garçons Esch, troupe qui représenta des pièces d'Isi Comes, de Batty Weber et de Lucien Koenig, mais aussi de Marcel Reuland lui-même, notamment la farce D'Spill vun der Bidden en 1946. En 1947, en collaboration avec Léopold Hoffmann, Marcel Reuland mit en scène pour la troupe de théâtre Liewensfro' la pièce Op der Kirmes, librement adaptée de Twelfth Night, or, What you will de Shakespeare. Marcel Reuland écrivit également des pièces radiophoniques diffusées sur Radio Luxembourg. En 1947, il reçut le Prix de littérature luxembourgeois pour sa pièce E Summerdram. Le Prix Michel-Rodange pour pièces radiophoniques de Radio Luxembourg fut renommé Prix Marcel-Reuland après la mort de l'auteur. Décerné à une seule reprise en 1961, il eut Josy Théato comme lauréat.

À l'instar de Tit Schroeder, Marcel Reuland donna à la poésie en langue luxembourgeoise un nouvel essor après la Seconde Guerre mondiale. Quelques-uns de ses poèmes parurent dans les revues Les Cahiers luxembourgeois, Eis Sprooch (Association AL) et Revue de la jeunesse et, à titre posthume, dans Arts et lettres. Il s'agit de ballades historiques, de légendes, de berceuses et chansons pour enfants, influencées par le romantisme allemand. La poésie de Marcel Reuland utilise un langage moderne et différencié pour transmettre sans pathos des ambiances saisonnières ainsi que des impressions villageoises et citadines de la région du Bassin minier.

La musique, en particulier le lied romantique allemand, joua un rôle important dans la vie et dans l'œuvre de Marcel Reuland Certaines de ses pièces de théâtre et un bon nombre de ses poèmes ont été mis en musique par Chrétien Clement, Pierre Drauth, Gaston Gros, Jean-Pierre Kemmer, Jos Kinzé, Béby Kohl-Thommes, Jules Krüger, Josy Meisch, Max Menager, Louis Petit, Leo Schaeler, Jean-Pierre Schmit, Guy Schons, Nicolas Schuh, René Thiry et Albert Thorn. Des chansons comme 't as Kirmes am Duef sont entrées dans le patrimoine populaire.

De son vivant, l'œuvre de Marcel Reuland ne connut que très peu de publications autonomes. Le recueil Gedichter vum Marcel Reuland parut à titre posthume. Dem Marcel Reuland säi Wierk reprend non seulement les poèmes du premier recueil, mais aussi l'ensemble de ses pièces de théâtre. En 2005, l'œuvre de Marcel Reuland fut rééditée intégralement en nouvelle orthographe par l'Institut grand-ducal, Section des arts et des lettres.

Cet article est signé Nicole Sahl Nicole Sahl

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Academia. Mitteilungen aus dem Luxemburger Katholischen Akademiker-Verein
    Noms utilisés
    Marcel Reuland
  • Titre des périodiques
    Arts et lettres. publication de la Section des arts et des lettres de l'Institut grand-ducal
    Noms utilisés
    Marcel Reuland
  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    Marcel Reuland
  • Titre des périodiques
    Eis Sprooch (Actioun Letzebuergesch)
    Noms utilisés
    Marcel Reuland
  • Titre des périodiques
    Eis Sprooch (Eis Sprooch). Veräinsblaat fir alles waat lëtzebuurgesch ass
    Noms utilisés
    Marcel Reuland
  • Titre des périodiques
    Hémecht (d') - La Patrie. Erausgi vun der Unio'n vun de Letzeburger Freihêtsorganisatio'nen
    Noms utilisés
    Marcel Reuland
  • Titre des périodiques
    Journal des professeurs
    Noms utilisés
    Marcel Reuland
  • Titre des périodiques
    Marienkalender / Luxemburger Marienkalender / Lëtzebuerger Panorama
    Noms utilisés
    Marcel Reuland
  • Titre des périodiques
    Revue de la Jeunesse. éditée par la Croix-rouge luxembourgeoise
    Noms utilisés
    Marcel Reuland

Études critiques

Distinctions

Membre

  • Institut grand-ducal Section des arts et des lettres
  • Liewensfrou Esch - Theaterverein

Archives

Citation:
Nicole Sahl, « Marcel Reuland », sous : , mise à jour du 11.07.2018, consulté le .