Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Isidore Comes


Photo :
© Collection CNL

Isidore Comes

Is. Comes ; Isi Comes
Ehnen Echternach

Pseudonymes : I.C. ; Ico. ; J.C.

Isidore Comes est fils d’instituteur. Après son baccalauréat à l’Athénée de Luxembourg en 1895, il fait des études de lettres allemandes, grecques et latines à Luxembourg, Lille, Berlin et Paris. Il est ensuite professeur d’allemand et de grec à l’Athénée de Luxembourg, puis à Echternach. Avec Joseph Tockert, il s’engage dans la vie culturelle epternacienne. Isidore Comes prend sa retraite en 1940.

Isidore Comes est critique littéraire, philologue, poète et auteur de pièces de théâtre. Pour rédiger ses critiques littéraires, consacrées notamment au théâtre, il utilise le plus souvent le luxembourgeois et, plus rarement, l’allemand. Il donne des conférences au Gymnase d’Echternach dans le cadre du centenaire de Dicks en 1923, ainsi qu’à l’occasion du centenaire de Michel Rodange en 1927. Parmi ses textes de critique littéraire, on trouve des articles consacrés à André Duchscher, parus dans l’Echternacher Anzeiger en 1926 et 1927 ainsi que dans Eis Sprooch (association ES) en 1958. Par ailleurs, Isidore Comes publie des articles sur la linguistique, des chroniques historico-culturelles et des nouvelles dans De Gukuck, Jonghémecht, Journal des professeurs, Revue trimestrielle d’études linguistiques, folkloriques et toponymiques, Les Cahiers luxembourgeois et Das Füllhorn. Plus d’une centaine d’articles d’Isidore Comes paraissent également dans le magazine Eis Sprooch de l’association du même nom, dont il a été président. À partir de 1935, il est membre de la section de linguistique, de folklore et de toponymie de l’Institut grand-ducal, qu’il préside à partir de 1950. Il est aussi membre de la commission en charge du Luxemburger Wörterbuch, comme spécialiste des dialectes des régions de la Moselle et de la Basse-Sûre. Entre 1935 et 1950, ses études consacrées au dialecte d’Echternach et intitulées Idiomatik der Echternacher Sprache sont publiées dans le trimestriel linguistique Vierteljahresblätter für luxemburgische Sprachforschung, Volks- und Ortsnamenkunde.

Isidore Comes a écrit aussi de la poésie et des pièces de théâtre. Beaucoup de ses poèmes sont consacrés à la ville d’Echternach, par exemple D’Schaffbaierléid, De Fraibre'if vun derGreewin Ermesindis vu Letzeburech un I'Echternach 1236 et In honorem sancti Willibrordi 739-1939. Les deux derniers textes se distinguent par un style solennel et épique. Ses sonnets rédigés lors de l’évacuation au moment de la bataille des Ardennes en 1944 sont restés inédits.

L’œuvre dramatique d’Isidore Comes comprend plus d’une douzaine de pièces, toutes écrites en luxembourgeois, à l’exception de la pièce inédite Einer aus Californien [s.d.]. Dans Katechessem fir Amateurtheaterspiller (1926), il donne un aperçu de la création théâtrale au Luxembourg, où il discerne une évolution de la comédie populaire de Dicks vers un nouveau type de théâtre populaire. De plus, il y expose ses idées sur la représentation des pièces, notamment au niveau du théâtre amateur villageois. La réforme dramatique prisée par Isidore Comes, véhiculée aussi par la publication Ons Bühn, se base sur le principe de la simplicité dans le domaine de la création, mais aussi sur les aspects sociaux du travail théâtral dans la vie villageoise ainsi que sur la professionnalisation de l’activité scénique. Isidore Comes tente d’appliquer ses idées de réforme à ses propres drames. À l’instar d’En Hiirt gesicht!, ses pièces se déroulent souvent en milieu rural et abordent des sujets d’actualité avec un certain effet moralisateur. L’intrigue est alimentée par des quiproquos et des déguisements. La pièce estudiantine Mwumbu! traduit une vision colonialiste de l’Afrique. De Kampf mam Drâch et Wann déi al Scheiere brennen!, qui mettent en scène les préliminaires de mariages, suivent les schémas conventionnels des comédies de mœurs. Ja, ja, dât Englescht! illustre les relations entre un émigré et les membres de sa famille restés au pays. Dans ’T Heemechs-Scholl, Isidore Comes analyse les dangers encourus par les servantes luxembourgeoises à l’étranger. Certaines pièces sont accompagnées d’intermèdes musicaux et de chansons composés par Max Menager, Laurent Menager et J. A. Müller, alors qu’un poème d’Isidore Comes a été mis en musique par Albert Wirtz. L’opérette inédite De Birepelz oder E gestéierte Picknick, mise en musique par J. A. Müller, a été créée en 1931 au Rollingergrund. De même, les comédies ’t Billerstee (1925), Den No'tstopp, oder de Bauer als Aktör (1926) et l’opérette en trois actes De Lidderjann (extraits dans Jonghémecht, 1927) n’ont pas paru en volume.

Isidore Comes est encore l’auteur de nouvelles et de récits en luxembourgeois qui évoquent les conséquences de la Première Guerre mondiale au Luxembourg et analysent la vie rurale au XIXe siècle. Il a rédigé aussi quelques nouvelles en allemand. Un recueil de sept récits paraît à titre posthume en 1998. Plusieurs textes d’Isidore Comes sont restés inédits.

Cet article est signé Frank Wilhelm

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    Isidore Comes
  • Titre des périodiques
    Echternacher Anzeiger
    Noms utilisés
    Isidore Comes
  • Titre des périodiques
    Eis Sprooch (Actioun Letzebuergesch)
    Noms utilisés
    Isidore Comes
  • Titre des périodiques
    Eis Sprooch (Eis Sprooch). Veräinsblaat fir alles waat lëtzebuurgesch ass
    Noms utilisés
    Isidore Comes
    I.C.
  • Titre des périodiques
    Füllhorn (Das). Neue illustrierte Monatsschrift
    Noms utilisés
    Isidore Comes
  • Titre des périodiques
    Gukuk (De). erausgi vum Eugène Forman
    Noms utilisés
    Ico.
    Isidore Comes
  • Titre des périodiques
    Heimat in Wort und Bild (Die). Beilage der Obermosel-Zeitung
    Noms utilisés
    Isidore Comes
  • Titre des périodiques
    Hémecht (d') - La Patrie. Erausgi vun der Unio'n vun de Letzeburger Freihêtsorganisatio'nen
    Noms utilisés
    Isidore Comes
  • Titre des périodiques
    Jonghémecht / Jong-Hémecht. Zeitschrift für heimatliches Theater, Schrift- und Volkstum
    Noms utilisés
    Isidore Comes
  • Titre des périodiques
    Journal des professeurs
    Noms utilisés
    Isidore Comes
  • Titre des périodiques
    Lëtzebuerger Land (d') / d'Letzeburger Land / LL. unabhängige Wochenschrift für Politik, Wirtschaft und Kultur
    Noms utilisés
    Isidore Comes
  • Titre des périodiques
    Luxemburger hinkende Bote (Der). Volkskalender für das Grossherzogtum Luxemburg
    Noms utilisés
    Isidore Comes
  • Titre des périodiques
    Ons Bühn. Blieder fir Theater, Musik a Gesank
    Noms utilisés
    Isidore Comes
  • Titre des périodiques
    Revue trimestrielle d'études linguistiques, folkloriques et toponymiques
    Noms utilisés
    Isidore Comes
  • Titre des périodiques
    Vierteljahresblätter für Luxemburgische Sprachforschung, Volkskunde und Ortsnamenkunde
    Noms utilisés
    Isidore Comes

Études critiques

Membre

  • Eis Sprooch 1952-1971
  • Hémechtssprôch / Heemechtssprooch
  • Institut grand-ducal Section de linguistique, de folklore et de toponymie (1935-97)
  • Luxemburgische Sprachgesellschaft (1924-35)
  • Nationalinstitut Letzeburg (1922-1927)

Archives

  • - Institut grand-ducal Section de linguistique, d’ethnologie et d’onomastique
Citation:
Frank Wilhelm, « Isidore Comes », sous : , mise à jour du 07.05.2021, consulté le .