Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Carla Lucarelli


Photo :
© Philippe Matsas/CNL

Carla Lucarelli

Luxembourg

Carla Lucarelli suit le cursus de l’enseignement primaire à Tétange de 1974 à 1980, puis celui de l’enseignement secondaire de 1980 à 1987 au Lycée Hubert Clément à Esch-sur-Alzette. Elle enchaîne avec une année d’études de droit à l’université de Pérouse, à laquelle succède une année de cours universitaires de lettres françaises et italiennes à Luxembourg. Son parcours académique se poursuit à l’université de Strasbourg où, de 1989 à 1992, elle s’adonne à l’étude des lettres modernes et de l’histoire de l’art. S’ensuit une carrière de professeur de lettres françaises, d’abord au Lycée Hubert Clément, puis au Lycée technique d’Esch-sur-Alzette et enfin au Lycée de garçons, toujours à Esch. En 1994, elle réalise un mémoire de fin de stage pédagogique intitulé Autour de "Jacques le fataliste". De "Jacques le fataliste" de Denis Diderot à "Jacques et son maître" de Milan Kundera.

L’enseignement côtoie de près le théâtre, où Carla Lucarelli œuvre parfois simultanément en tant qu’actrice, metteuse en scène et auteure. Elle suit en effet des cours d’art dramatique et de diction française au Conservatoire de Luxembourg et effectue des stages de théâtre et de mise en scène, notamment au Theater an der Ruhr à Mülheim. Carla Lucarelli est à l’origine d’une pièce, Zwei Schwestern. Fragmente einer Verwandschaftsgeschichte, qui fait l’objet d’une mise en espace lors de la Foire du théâtre qui a lieu au Centre national de littérature à Mersch en 2011. En 2009, la pièce Männer plus minus, qui sonde les relations homme-femme, est écrite, mise en scène et jouée au Theater im Viertel à Sarrebruck par l’actrice allemande Elisabeth Brück et Carla Lucarelli elle-même. Au-delà, Carla Lucarelli participe en tant qu’actrice à un court-métrage de Paul Heintz et Pierre Hilpert intitulé Hommage à l’oie qu’on gave (2009). Depuis 2012, elle joue le rôle d’Elisabeth dans la sitcom luxembourgeoise Comeback diffusée sur RTL.

Parallèlement, Carla Lucarelli se tourne vers la poésie. Elle publie tout d'abord cinq poèmes dans l’anthologie La poésie érotique féminine française contemporaine (Paris, 2011). En 2012 paraît Aquatiques, un recueil de poésie subdivisé en trois parties dans lesquelles l’auteure laisse libre cours à des impressions, sensations et réflexions intimistes multiples. Lui succède Terrains vagues (2013), recueil de 22 récits courts. Dekagonon, paru en 2016, est quant à lui un recueil de poésie bilingue (allemand et français) dont les deux parties constitutives sont subdivisées en 5 sections, elles-mêmes composées de 5 poèmes se succédant sous des titres pour la plupart génériques (p.ex. « Haïku libre » et « Quatrain », voire « Vierzeiler » et « Lyrikfetzen »). Ce flux de poèmes très structuré, allant de l’extrême concision du haïku et de la contrainte du quatrain à une forme de prose poétique plus flexible, permet à l’auteure  de capter des moments de flottement, d’incertitude, parfois teintés d’humour, soumis à des variations ou dédiés, entre autres, aux sensations corporelles, au silence et à l’observation sentimentale.

Carla Lucarelli est également l’auteure de textes en prose. En 2013, elle signe à la fois Terrains vagues, un recueil de 22 récits courts, et son premier roman, Carapaces. Dans ce dernier se croisent, au sein d’un dispositif narratif multipliant les points de vue et les péripéties, les destins d’une jeune fille fugueuse, d’un étudiant aux convictions politiques gauchisantes ou encore d’un collectionneur d’insectes aux pulsions meurtrières. En 2017 paraît La Disparition de Wanda B, un roman autour d’une femme étrangère à sa vie qui quitte son statut d’avocate, d’ex-épouse et de mère pour se lancer, au gré de rencontres hasardeuses, dans un périple qui la mènera de Suède jusqu’en Inde, où elle débute une nouvelle existence sous le nom de Wanda Berg. À cette quête existentielle se ramifient diverses enquêtes, dont le personnage troublé est à la fois la cible et l’actrice au gré de chapitres alternant les perspectives et les voix. Le nom d’emprunt, l’apparence et le caractère insaisissable de cette femme en fuite constituent des allusions au road movie Wanda (1970) de Barbara Loden. Le recueil Enfance, instantanés (2020) comprend quant à lui trois courts récits à caractère autobiographique qui évoquent une enfance dans les années 1970 et les questions identitaires liées à l’immigration d’une famille italienne au Luxembourg. À travers les portraits fragmentaires de son père et de sa grand-mère, mais aussi par le biais de multiples autres figures féminines (mère, amie, institutrice, coiffeuse…) éveillant de forts sentiments d’admiration ou de répulsion candides, Carla Lucarelli laisse affleurer et s’enchevêtrer, sans souci de linéarité, les éléments d’une mémoire tantôt photographique, tantôt émotionnelle.

L’auteure apporte en outre des contributions à forum, kulturissimo, Galerie et à des revues en ligne, telles que Mouvances, À la Dérive et Des Rails, ainsi qu'aux anthologies Erënnerungsraim (2013), Quo vadis Europa? (2015) des journées du livre à Walferdange ou encore Impossible readings/Lecture impossible (2016). Depuis 2016, elle alimente un blog personnel. Carla Lucarelli se distingue par ailleurs par sa collaboration à des événements culturels, tels que des soirées de lecture avec notamment Luc Spada et Lambert Schlechter.

En 2011, une mention spéciale lui est décernée au Concours littéraire national. Elle obtient en outre le 3e prix du Concours littéraire national de 2012, ex aequo avec Gast Groeber.

Cet article est signé Ludivine Jehin

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    forum. fir kritesch Informatioun iwer Politik, Kultur a Relioun
    Noms utilisés
    Carla Lucarelli
  • Titre des périodiques
    Galerie. Revue culturelle et pédagogique
    Noms utilisés
    Carla Lucarelli
  • Titre des périodiques
    kulturissimo. mensuel culturel et socio-politique
    Noms utilisés
    Carla Lucarelli

Études critiques

Distinctions

Citation:
Ludivine Jehin, « Carla Lucarelli », sous : , mise à jour du 27.10.2020, consulté le .