Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Damien Schmit


Photo :
© Claude Piscitelli

Damien Schmit

Luxembourg

Après son baccalauréat au Lycée Hubert Clement d’Esch-sur-Alzette, Damien Schmit étudie à partir de 1999 la littérature française au Centre universitaire de Luxembourg et à l’université de Strasbourg, où il obtient son diplôme d’études approfondies. Il enseigne ensuite le français au Lycée technique des arts et métiers à Luxembourg, puis à l’École internationale de Differdange et Esch-sur-Alzette. Outre la musique et la photographie, Damien Schmit pratique aussi la peinture. Il participe à des expositions d’art abstrait à Differdange (2002, 2009 et 2017), et signe des expositions individuelles, à Differdange (2017) et Pétange (2020), qui allient écriture, musique, photographie et peinture.

Pendant ses études à Strasbourg, Damien Schmit écrit des articles pour le journal de l’université Rascass. Il publie l’étude Kafka/Beckett. Le rire du désespoir dans la Revue luxembourgeoise de littérature générale et comparée (2008), et y signe également des illustrations. Il publie par ailleurs trois courts récits dans le deuxième volume collectif intitulé Nouvelles du Jour des éditions Bénévent (Nice, 2010).

Dès 2003, Damien Schmit se tourne vers la poésie. Il est l’auteur de quatre recueils, Confidences en partage (2003), Entre ciel et terre (2016), Cyclosphère (2018) et À cœur ouvert (2019), tous publiés à Paris. Tandis que Confidences en partage s’empare notamment des questions de l’écoulement du temps et de la mémoire sous forme de quatrains, à partir d’Entre ciel et terre et dans les recueils suivants, l’écriture devient plus elliptique et le style plus libre, se resserrant davantage autour d’un « je » poétique. Ce dernier s’exprime désormais au travers de voies qui se tracent, de cycles de vie, de destinées terrestres et d’envolées cosmiques. Dans ce creuset existentiel apparaît une conscience interrogatrice qui n’ignore pas son étrangeté à toute notion de normalité. Le cycle poétique est en outre placé sous le signe de l’Italie ; quelques poèmes en langue italienne ponctuent les deux derniers recueils.

Cet article est signé Frank Wilhelm et Ludivine Jehin

Publications

Études critiques

Membre

  • SLLGC - Société luxembourgeoise de littérature générale et comparée
Citation:
Frank Wilhelm/Ludivine Jehin, « Damien Schmit », sous : , mise à jour du 14.05.2021, consulté le .