Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Jeff Schinker


Photo :
© Philippe Matsas/CNL

Jeff Schinker

Luxembourg

Pseudonymes : Albert Moindre ; Torpedo Munroe

Après avoir fréquenté l’école primaire de Mondercange (1991-1997), Jeff Schinker poursuit son cursus scolaire à l’Athénée de Luxembourg (1997-2004). Il effectue ensuite une première année de Lettres modernes à l’Université du Luxembourg en 2004, études qu’il continue à l’Université de Paris-Sorbonne Paris IV où il décroche un Master en Littératures comparées en 2009. Dès 2010, il entame un travail de thèse qui, intitulé Les mondes (im)possibles du roman contemporain, mêle philosophie et narratologie afin d’analyser la construction du et le rapport au réel à partir d’œuvres contemporaines comme celles, par exemple, de Volodine, Chevillard ou Ishiguro. Parallèlement, l’auteur est employé à l’Université du Luxembourg en tant que chercheur en formation doctorale (2010-2014). Depuis 2016, Jeff Schinker est rédacteur en chef du service culture du quotidien luxembourgeois Tageblatt.

En 2015 paraît Retrouvailles, une nouvelle dans laquelle un protagoniste orchestre et narre une réunion d’anciens copains qui, d’abord superficielle et convenue, laisse ensuite poindre des vérités grinçantes. Le récit, agencé en trois parties, cumule plusieurs mises en abyme du trouble qui s’installe entre les convives, notamment par un récit-cadre amoureux, l’insertion d’un conte tout comme un jeu de devinettes entre les convives. Les espaces fictionnels ainsi démultipliés sont renforcés par une écriture complexe, qui accompagne ces jeux réels et factices. En 2018, Jeff Schinker publie Sabotage, un recueil de récits en quatre langues (français, luxembourgeois, anglais et allemand) dans lequel il confronte ses personnages aux dérives et perversions du monde du travail et des relations humaines dans une société néolibérale. Outre le récit des états d’âme de ses protagonistes et les enjeux des situations exposées (une séance de team-building ou la cérémonie de remise d’un prix littéraire), l’espace d’écriture y constitue avant tout, pour l’auteur, un terrain de jeu et d’expérimentation tant des procédés narratologiques et (méta)fictionnels que des postures auctoriales. Dans un style exubérant et dense dominé par le second degré, Jeff Schinker place son écriture sous le signe du postmodernisme (Derrida, Lacan, Foucault ou Deleuze y sont cités et l’auteur recourt à une terminologie empruntée à Genette). Ses récits sont par ailleurs traversés de références et d’allusions aux particularités du paysage littéraire luxembourgeois contemporain. Ce faisant, comme l’annonce le titre de l’ouvrage, l’auteur procède à une forme de sabotage à la fois de ses récits et de ses personnages, mais aussi de sa propre écriture et de son identité d’écrivain, qu’il soumet à des contraintes telles qu’elles mettent à tout moment le pacte littéraire en péril.

Dès 2014, Jeff Schinker organise, anime et participe, sous le pseudonyme d’Albert Moindre ‒ nom emprunté à un personnage récurrent d’Éric Chevillard ‒ au cycle de lecture « Désœuvrés ‒ Work in progress » au café Rocas à Luxembourg-ville. Il prend également part, dans le même café, au cycle de lecture « Lesebühne » instauré par Christian Happ, Francis Kirps et Claudine Muno. En outre, il effectue des lectures dans le cadre des « Impossible readings » organisées par le collectif Independent little lies.

Par ailleurs, Jeff Schinker a publié des chroniques et critiques culturelles dans le Luxemburger Wort comme dans son supplément Warte-Perspectives, ainsi que dans kulturissimo. Il collabore aussi à des anthologies telles que Fragment 3793 (2013), Impossible readings (2016) et Fresh from the Fountain (2018), et publie dans les Cahiers luxembourgeois sous le pseudonyme de Torpedo Munroe en 2017. En 2020, l’auteur participe à l’écriture de Vrais masques et fausses façades, roman noir publié par le duo d’auteurs Serge Basso de March et Enrico Lunghi.

En 2017, entouré de Ian De Toffoli, Olivier Garofalo et Nico Helminger, il participe au projet Oh du do uewen, deem seng Hand qui présente, sur la scène du Théâtre des Casemates, diverses réinterprétations contemporaines de mythes grecs. En 2019, il signe une adaptation en langue luxembourgeoise du conte populaire allemand Rapunzel (ici Rabonzel), mise en scène par Charles Muller et représentée au Grand Théâtre de Luxembourg. Dans cette version contemporaine du conte, l’auteur prête à la protagoniste des aspirations musicales qui l’amènent à se perdre dans l’univers trompeur d’un agent peu scrupuleux. Il s’agit alors de découvrir qu’un rêve, aussi fort soit-il, ne mérite pas qu’on lui sacrifie son âme et son idéal.

En 2010, son court récit Plagiat(s) obtient un prix lors d’un concours littéraire organisé pour les 30 ans de nos cahiers (2010), qui publie le texte la même année. En 2016, Jeff Schinker prend part à une résidence d’auteur au Literarisches Colloquium à Berlin. En 2017, il compte, avec l’artiste Serge Ecker et le photographe Neckel Scholtus, parmi les trois Luxembourgeois sélectionnés pour les Jeux de la francophonie à Abidjan (Côte d'Ivoire). Il en publie ses impressions dans le Tageblatt.

Cet article est signé Ludivine Jehin

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    Torpedo Munroe
    Jeff Schinker
  • Titre des périodiques
    kulturissimo. mensuel culturel et socio-politique
    Noms utilisés
    Jeff Schinker
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Wort / d'Wort / LW
    Noms utilisés
    Jeff Schinker
  • Titre des périodiques
    nos cahiers. Lëtzebuerger Zäitschrëft fir Kultur
    Noms utilisés
    Jeff Schinker
  • Titre des périodiques
    Warte (Die) = Perspectives. Supplément culturel du Wort
    Noms utilisés
    Jeff Schinker
  • Titre des périodiques
    WIP. Littérature sans filtre
    Noms utilisés
    Jeff Schinker

Études critiques

Distinctions

Membre

  • A:LL Schrëftsteller*innen
Citation:
Ludivine Jehin, « Jeff Schinker », sous : , mise à jour du 10.09.2020, consulté le .