Eugen Zoenen

Diekirch - ??.??.???? (Inconnu) ()


Eugen Zoenen est le fils d'un gendarme d’Arsdorf. Après l'école primaire à Arsdorf, il fréquenta les trois premières classes de l'Athénée à Luxembourg. A partir de 1894, Zoenen fut douanier à la frontière belgo-luxembourgeoise. A partir de 1908, il était stationné à Koerich. Transféré à Mondorf en 1920 et en préretraite depuis 1921, il continua de vivre dans cette ville au moins jusqu'en 1937, date à laquelle se perd sa trace.

Eugen Zoenen publia vers la fin de la Première Guerre Mondiale un court essai philosophique sur le sens de la guerre. Il y discute la nature de Dieu, son invocation comme prétexte pour des prétentions au pouvoir et les conditions nécessaires pour une paix durable. À ce sujet, l'auteur rejette l'idée de réparations de guerre unilatérales pour l'Allemagne. Dans la préface, le pacifiste Zoenen se place dans la tradition du mouvement américain Nouvelle Pensée, ou New Thought, et de la philosophie transcendentale de R.W. Emerson.

Sandra Schmit

Œuvres

Titre Année Langue Genres yearsort
Das Friedensglöcklein, oder Du sollst großen geistigen Gewinn aus dem Krieg ziehen
Eugen Zoenen [Auteur(e)]
1918
DEU
Divers > Philosophie
1918

Études critiques (auteur & œuvre)

Auteur Année Info
2014 Il y a cent ans à Koerich: les idées philosophiques d'Eugène Zoenen sur la Première Guerre Mondiale. Hundert Jahre alte philosophische Überlegungen zum Ersten Weltkrieg. In: Regioun Lëtzebuerg West. Automne/Herbst 2014. p. 26-27.
Dernière mise à jour 07.10.2014