Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Alfred Kowalsky


Photo :
© Droits réservés/Alle Rechte vorbehalten

Alfred Kowalsky

Luxembourg-Pfaffenthal Metz (alors D, aujourd'hui F) ()

Pseudonymes : A.K.

Alfred Kowalsky est le fils d’un pâtissier, le beau-frère de Pol Clemen et l’oncle de Céline Clemen. Il suit des cours de musique auprès de Gustav Kahnt avant de fréquenter le Conservatoire de musique de Paris, où il étudie la composition, l’orchestration et le contrepoint auprès de Charles-Marie Widor. À son retour, il devient organiste de l’église paroissiale du Pfaffenthal et de l’Église des rédemptoristes. Après le début de la Première Guerre mondiale, il part à Berlin, où il s’inscrit au Conservatoire de musique Stern. Élève de Richard Strauss et de Georg Schumann, il y compose l’opéra Flammentod. C’est probablement en 1916 qu’Alfred Kowalsky rentre au Luxembourg. En 1919 et 1920, il étudie la musique et l’indologie à Heidelberg. En 1926, il prend la direction de l’école de musique municipale d’Esch-sur-Alzette. Il est chef de chœur de plusieurs chorales, dont Sang a Klang et l’Orphéon municipal, et éditeur de la revue d’Musek. En 1940, il s’installe à Metz, où il passe ses dernières années au sein de la famille de sa sœur.

Alfred Kowalsky a composé des messes, des symphonies, de la musique de chambre ainsi que de nombreuses variations et improvisations sur d’autres œuvres musicales. Il a aussi composé la musique de plusieurs opéras, dont Griselinde de Nik Welter.

Par ailleurs, il a mis en musique des chansons et des poèmes de nombreux auteurs luxembourgeois, dont Céline Clemen, Lucien Koenig Pe'ter Gérard, Nicolas Wampach, Batty Weber, Nik Welteret Willy Goergen, et composé la musique pour la revue locale à Luxembourg-Limpertsberg en 1908. Le projet d’opéra sur Jang de Blannen n’a pas été réalisé.

En tant que poète, Alfred Kowalsky a écrit des textes patriotiques et religieux, notamment D’Sprangpressession, mais aussi la tragédie amoureuse Vera (1932), conçue sous forme de drame musical avec ballet. Il s’agit d’une sorte de réaction d’arrière-garde à l’esthétisme fin de siècle.

Cet article est signé Claude D. Conter

Publications

Participations diverses

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Musek (d'). Revue musicale. Organe officiel du Syndicat des Musiciens Luxembourgeois.
    Noms utilisés
    A.K.
    Alfred Kowalsky
  • Titre des périodiques
    Tageblatt / Escher Tageblatt = Journal d'Esch. Zeitung fir Lëtzebuerg
    Noms utilisés
    Alfred Kowalsky

Études critiques

Membre

  • Orphéon Municipal - Gesang- und Theaterverein
  • Revue (Theater)
  • Sang a Klang Pfaffenthal

Archives

  • ANLux FD 052
  • BNL Ms 486, 723
Citation:
Claude D. Conter, « Alfred Kowalsky », sous : , mise à jour du 10.05.2021, consulté le .