Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Tony Jungblut


Photo :
© Collection CNL

Tony Jungblut

Anton Jungblut
Luxembourg Luxembourg

Pseudonymes : tj / -tj.-

Tony Jungblut passe son enfance à Luxembourg. Après avoir fréquenté l’École des artisans, il trouve un emploi au bureau de l’état civil de la Ville de Luxembourg. Au milieu des années 1930, il s’inscrit comme auditeur libre aux Beaux-Arts à Paris. Après un bref séjour en Espagne, il rentre au Luxembourg, où il fonde la maison d’édition Luxemburger Nachrichtenbüro (LNB), destinée à publier les ouvrages d’auteurs luxembourgeois avec des tirages importants. De plus, il prend l’initiative de concevoir l’almanach Der neue Luxemburger Kalender, qui paraît de 1937 à 1948, avec une interruption lors de la Seconde Guerre mondiale, pendant laquelle Tony Jungblut est incarcéré à la prison de Luxembourg-Grund et à Trèves. Par la suite, il est muté par sanction au Reichsarbeitsdienst sur le chantier de l’autoroute à Wittlich-Dorf avant d’être déporté à Stuttgart, où il fait la connaissance de Norbert Jacques. En 1944, Tony Jungblut est brièvement au service de l’armée américaine, puis fonde une société de distribution de films et reprend ses activités d’éditeur. De 1946 à 1948, il édite Les Cahiers luxembourgeois, dont la parution a été interrompue en 1940. En 1948, il échoue dans le projet d’éditer un hebdomadaire intitulé Samedi. En revanche, il réussit à publier le Relevé des automobiles immatriculées dans le Grand-Duché de Luxembourg deux fois par an à partir de 1948. Dans les années 1960 et 1970, Tony Jungblut acquiert une certaine notoriété en tant que chroniqueur judiciaire. Il est collaborateur indépendant du quotidien Zeitung vum Lëtzebuerger Vollek, du magazine Revue et du journal du syndicat LAV, Arbecht. En outre, il anime la chronique judiciaire Um grengen Dësch sur RTL Radio Lëtzebuerg.

Sur le plan littéraire, Tony Jungblut fait ses débuts avec le roman policier Die tote Hand, paru en 1931 dans la revue Das Füllhorn. Dans les années 1930, il publie des reportages et des analyses sociopolitiques, qu’il consacre au système judiciaire, aux pénitenciers, aux maisons de redressement et aux institutions sociales. Dans les années 1950 paraît dans Zeitung vum Lëtzebuerger Vollek le feuilleton Rote Nelken, qui fait référence à l’Abreißkalender de Batty Weber. Le recueil Luxemburger Pitaval, qui doit son nom à un procureur français, présente une série d’affaires criminelles qui ont marqué l’histoire du Luxembourg. Dans Henkerbuch, Tony Jungblut raconte l’histoire des bourreaux luxembourgeois en se référant à des sources historiques. Ces deux derniers ouvrages se proposent de présenter des faits historiques avec les moyens narratifs du roman.

Après la Seconde Guerre mondiale, Tony Jungblut entreprend vainement de réconcilier le Luxembourg avec Norbert Jacques, qui décède avant que les contacts nécessaires aboutissent.

Cet article est signé Germaine Goetzinger

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    A-Z Luxemburger Illustrierte
    Noms utilisés
    Tony Jungblut
  • Titre des périodiques
    Arbecht. Der Proletarier
    Noms utilisés
    Tony Jungblut
  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    Tony Jungblut
  • Titre des périodiques
    Füllhorn (Das). Neue illustrierte Monatsschrift
    Noms utilisés
    Tony Jungblut
  • Titre des périodiques
    Luxemburger hinkende Bote (Der). Volkskalender für das Grossherzogtum Luxemburg
    Noms utilisés
    Anton Jungblut
  • Titre des périodiques
    Neue Luxemburger Kalender (Der). Eine Publikation von Tony Jungblut
    Noms utilisés
    Tony Jungblut
  • Titre des périodiques
    Revue / Lëtzebuerger illustréiert Revue
    Noms utilisés
    Tony Jungblut
  • Titre des périodiques
    Samedi
    Noms utilisés
    Tony Jungblut
  • Titre des périodiques
    Tageblatt / Escher Tageblatt = Journal d'Esch. Zeitung fir Lëtzebuerg
    Noms utilisés
    Tony Jungblut
  • Titre des périodiques
    Zeitung vum Lëtzebuerger Vollek / Zeitung vum Letzeburger Vollek / ZLV. Zentralorgan der KPL
    Noms utilisés
    tj / -tj.-
    Tony Jungblut

Études critiques

Membre

  • ALJ - Luxemburger Journalistenverband (1925-2017)

Archives

Citation:
Germaine Goetzinger, « Tony Jungblut », sous : , mise à jour du 10.05.2021, consulté le .