Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Paul Palgen


Photo :
© Tous droits réservés/Alle Rechte vorbehalten

Paul Palgen

Audun-le-Tiche () Liège ()

Né de parents luxembourgeois en Lorraine, alors allemande, où son père est ingénieur, Paul Palgen fréquente le lycée à Hussigny-Godbrange et l’Athénée de Luxembourg. En 1903, sa famille s’installe à Louvain, où il fait des études d’ingénieur, qu’il achève avec un diplôme d’ingénieur en génie civil en 1908. Par la suite, il travaille à Dessau (D). Soupçonné d’espionnage pour le compte de la France, il est arrêté, condamné, incarcéré et expulsé. L’attitude germanophobe de Paul Palgen se renforce lorsque la maison de sa famille est détruite sous l’occupation allemande de la Belgique pendant la Première Guerre mondiale. De plus, un de ses frères, au service de l’armée française, trouve la mort sur le champ de bataille. Paul Palgen s’installe au Luxembourg avec son épouse luxembourgeoise et devient ingénieur au sein de l’Arbed. En 1919, il acclame la proclamation de la république au Luxembourg et réclame le rattachement du pays à la France. En 1920, il est envoyé par son entreprise au Brésil, où il est chargé de développer Columeta, la société de distribution de l’Arbed. Après avoir passé dix-huit mois à Rio de Janeiro, il réintègre l’Arbed au Luxembourg. Trois ans plus tard, il part s’installer à Liège, où il travaille pour différentes entreprises métallurgiques ainsi que pour une série de sociétés commerciales. En 1950, il est nommé consul honoraire du Grand-Duché à Liège.

Paul Palgen publie ses premiers poèmes en 1904 dans le magazine bruxellois Le Patriote illustré. Des textes de sa plume ont paru dans Floréal, La Voix des Jeunes et Les Pages de la SELF. Des récits comme Maria de Jesus (1953) ont été publiés dans Les Cahiers luxembourgeois. De nombreux poèmes de Paul Palgen ont été repris dans des publications étrangères, comme Courrier de poésie, France-Luxembourg, Il Giornale dei Poeti, L’Esprit français, La Grive, La Revue de l’Amérique latine, Le Bayou, Le Cocotier, Le Goéland, Le Journal des nations américaines, Le Journal des poètes, Le Thyrse, Marginales, Mercure de France, Points et contrepoints, Risques et La Revue nationale. Ses premiers recueils de poésie sont publiés au Luxembourg, les autres en Belgique et en France. Le manuscrit des Seuils noirs. Poèmes de la guerre 1914-1917 est confisqué pendant la Première Guerre mondiale.

Paul Palgen a été influencé par la vision d’un monde nouveau et meilleur d’Émile Verhaeren ainsi que par le mouvement des unanimistes en général et Jules Romains en particulier. Ses sujets de prédilection sont la force créatrice de la poésie opposée aux illusions du monde, l’enivrement de l’homme, la fascination pour les guerres modernes (Réveil à minuit), la métallurgie (La Pourpre sur les crassiers) ainsi que les territoires exotiques (Guanabará), qu’il découvre lors de son séjour au Brésil. Il décrit la puissance des soldats et des ingénieurs, mais aussi les destructions et la misère qui en résultent. Le serpent, en tant que symbole de la fascination pour le mal et de la perfection, est un motif récurrent dans l’œuvre de Paul Palgen. Son seul roman, La Margrave aux chiens, qui s’inspire de la littérature de science-fiction, présente une utopie négative et met en scène des mutants qui menacent le monde.

Plusieurs poèmes de Paul Palgen ont été mis en musique par Jean Faber et Lou Koster. D’autres ont été traduits en hongrois. Deux anthologies poétiques de l’auteur ont paru à titre posthume : Guanabará et autres poèmes, avec une préface de Georges Thinès, en 1992, et Choix de poèmes avec des commentaires de Nic Klecker en 1994. Paul Palgen a été membre fondateur de la SELF ainsi que membre des Amitiés françaises Luxembourg, du PEN international et du Centre français de Belgique. Il a été récompensé par l’Alliance française : en 1932 pour La Pourpre sur les crassiers, en 1935 pour Guanabará. En 1954, il est lauréat du prix de la Société des écrivains luxembourgeois de langue française et, plus tard, du prix Van-Lerberghe de la Maison de poésie à Paris ainsi que du prix Simon-Bolivar. En 1962, Paul Palgen fait partie des membres fondateurs de l’Institut grand-ducal, section des arts et des lettres.

Cet article est signé Frank Wilhelm

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Arts et lettres. publication de la Section des arts et des lettres de l'Institut grand-ducal
    Noms utilisés
    Paul Palgen
  • Titre des périodiques
    Bayou (Le). revue littéraire française
    Noms utilisés
    Paul Palgen
  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    Paul Palgen
  • Titre des périodiques
    Cocotier (Le). Périodique du Comité provincial liégeois des Jeunes Ecrivains belges
    Noms utilisés
    Paul Palgen
  • Titre des périodiques
    Courrier de Poésie (Le)
    Noms utilisés
    Paul Palgen
  • Titre des périodiques
    Floréal. revue libre d’art [et] de littérature = freie Rundschau für Kunst und Litteratur
    Noms utilisés
    Paul Palgen
  • Titre des périodiques
    France-Luxembourg. revue politique, économique et littéraire pour la défense des aspirations et des intérêts réciproques de la France et du Luxembourg
    Noms utilisés
    Paul Palgen
  • Titre des périodiques
    Giornale dei poeti (Il). Organo dell'associazione internazionlae di poesia
    Noms utilisés
    Paul Palgen
  • Titre des périodiques
    Goéland (Le). Feuille de poésie et d'art
    Noms utilisés
    Paul Palgen
  • Titre des périodiques
    Grand-Ducal (Le). moniteur littéraire et politique du Luxembourg
    Noms utilisés
    Paul Palgen
  • Titre des périodiques
    Grive (La). Ardenne-Champagne-Wallonie
    Noms utilisés
    Paul Palgen
  • Titre des périodiques
    Hémecht (d') - La Patrie. Erausgi vun der Unio'n vun de Letzeburger Freihêtsorganisatio'nen
    Noms utilisés
    Paul Palgen
  • Titre des périodiques
    Indépendance luxembourgeoise (L')
    Noms utilisés
    Paul Palgen
  • Titre des périodiques
    Journal des poètes (Le)
    Noms utilisés
    Paul Palgen
  • Titre des périodiques
    Journal des professeurs
    Noms utilisés
    Paul Palgen
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Volksbildungskalender
    Noms utilisés
    Paul Palgen
  • Titre des périodiques
    Marginales. Revue bimestrielle des idées et des lettres
    Noms utilisés
    Paul Palgen
  • Titre des périodiques
    Mercure de France
    Noms utilisés
    Paul Palgen
  • Titre des périodiques
    Pages de la SELF (Les)
    Noms utilisés
    Paul Palgen
  • Titre des périodiques
    patriote illustré (Le). revue hebdomadaire
    Noms utilisés
    Paul Palgen
  • Titre des périodiques
    Points et contrepoints. revue poétique trimestrielle
    Noms utilisés
    Paul Palgen
  • Titre des périodiques
    Revue de l'Amérique latine
    Noms utilisés
    Paul Palgen
  • Titre des périodiques
    Revue nationale (La). mensuel indépendant de littérature et d'histoire
    Noms utilisés
    Paul Palgen
  • Titre des périodiques
    Risques. Revue littéraire
    Noms utilisés
    Paul Palgen
  • Titre des périodiques
    Thyrse (Le). recueil mensuel de philosophie, art & littérature
    Noms utilisés
    Paul Palgen
  • Titre des périodiques
    Voix des Jeunes (La) (Voix (La))
    Noms utilisés
    Paul Palgen
  • Titre des périodiques
    Zeitung für kleine Leute
    Noms utilisés
    Paul Palgen

Études critiques

Distinctions

Membre

  • Alliance française
  • Amitiés françaises
  • Institut grand-ducal Section des arts et des lettres
  • Mansarde (La) - Kabarett
  • PEN International. Centre belge d’expression française
  • SELF / S.E.L.F. - Société des écrivains luxembourgeois de langue française
  • Société des écrivains ardennais (Charleville-Mézières)
  • Société des Gens de Lettres, Paris

Archives

Citation:
Frank Wilhelm, « Paul Palgen », sous : , mise à jour du 10.05.2021, consulté le .