Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Robert Bruch


Photo :
© Collection CNL

Robert Bruch

Luxembourg Luxembourg

Pseudonymes : rbr

Après son baccalauréat à l’Athénée de Luxembourg, Robert Bruch suit des études de lettres françaises aux Cours supérieurs de Luxembourg et à l’université de Munich. Ses prises de position critiques dans un camp de rééducation à Burg Stahleck lui valent d’être arrêté par la Gestapo en 1940 et d’être emprisonné d’abord à Luxembourg-Grund, puis à Trèves. Libéré au printemps 1941, il reprend ses études à l’université de Munich, mais se dirige de plus en plus vers la linguistique et s’inscrit en 1942 à Erlangen, où il étudie les lettres allemandes. En octobre 1942, Robert Bruch est enrôlé de force dans la Wehrmacht. Après avoir subi plusieurs blessures sur le front de l’Est, il déserte et rejoint l’armée soviétique en décembre 1944. Il est fait prisonnier de guerre et retenu au camp de Tambow.

Après la guerre, Robert Bruch poursuit ses études à la Sorbonne à Paris. En 1946, il présente à Luxembourg sa thèse de doctorat en philosophie et lettres Géographie linguistique luxembourgeoise. Phonétique historique comparée des parlers luxembourgeois à base du texte de Wenker, en rapport avec les parlers wallons et lorrains limitrophes et avec les dialectes ingévoniens et commence à enseigner au Lycée de garçons. Parallèlement, il assure le poste de secrétaire de la Commission du dictionnaire luxembourgeois Luxemburger Wörterbuch. En septembre 1951, il se voit accorder un congé d’un an pour participer au projet du Luxemburgischer Sprachatlas à Marbourg, où il présente sa thèse de doctorat Grundlegung einer Geschichte des Luxemburgischen en mai 1953. Il périt dans un accident de voiture et ne peut soutenir à l’université de Bonn sa thèse d’habilitation consacrée aux manuscrits en ancien haut allemand de l’abbaye d’Echternach.

Robert Bruch est avant tout dialectologue. Se consacrant à l’étude du luxembourgeois et de son histoire, il défend la théorie du cycle salique, selon laquelle les Francs de la mer du Nord et, plus tard, les Francs saliens seraient d’abord passés par le Bassin parisien avant de débarquer dans les régions luxembourgeoises, ce qui expliquerait les éléments romans dans la langue. Ses articles de dialectologie ont été publiés en premier lieu dans les revues Les Cahiers luxembourgeois, Journal des professeurs et Zeitschrift für Mundartforschung.

Robert Bruch a en outre publié des textes littéraires. Il a notamment traduit en luxembourgeois le texte latin Mosella d’Ausone et publié ses propres poèmes et récits, qui évoquent, entre autres, ses expériences de prisonnier de guerre dans le journal Ons Jongen dont il a été cofondateur. Beaucoup de ces textes ont été repris par Pierre-Dominique Bausch dans son ouvrage Tambow. Robert Bruch a rédigé par ailleurs l’hymne de l’association estudiantine Dudelangia, mis en musique par Norbert Hoffmann. En 1959, Robert Bruch reçoit le Prix des sciences morales pour l’ensemble de son œuvre.

Cet article est signé Germaine Goetzinger Germaine Goetzinger

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Academia. Mitteilungen aus dem Luxemburger Katholischen Akademiker-Verein
    Noms utilisés
    Robert Bruch
  • Titre des périodiques
    Annuaire de l'Institut Grand-Ducal, Section linguistique, de folklore et de toponymie
    Noms utilisés
    Robert Bruch
  • Titre des périodiques
    Bauerekalenner / Letzeburger Bauere-Kalenner
    Noms utilisés
    Robert Bruch
  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    Robert Bruch
  • Titre des périodiques
    Journal des professeurs
    Noms utilisés
    Robert Bruch
  • Titre des périodiques
    Lëtzebuerger Land (d') / d'Letzeburger Land / LL. unabhängige Wochenschrift für Politik, Wirtschaft und Kultur
    Noms utilisés
    Robert Bruch
  • Titre des périodiques
    Ons Jongen. organe de la ligue des conscrits luxembourgeois réfractaires au service militaire allemand
    Noms utilisés
    Robert Bruch
    rbr
  • Titre des périodiques
    Revue trimestrielle d'études linguistiques, folkloriques et toponymiques
    Noms utilisés
    Robert Bruch
  • Titre des périodiques
    Touring Club luxembourgeois. alliance pour propager le tourisme dans le Grand-Duché
    Noms utilisés
    Robert Bruch
  • Titre des périodiques
    Zeitschrift für Mundartforschung = Journal of dialectology = Revue de dialectologie
    Noms utilisés
    Robert Bruch

Études critiques

Membre

  • Luxemburger Wörterbuch (50er Jahre)
  • Volksbildungsverein = Allgemeiner Volksbildungsverein für das Großherzogtum Luxemburg = Association d'éducation populaire

Archives

Citation:
Germaine Goetzinger, « Robert Bruch », sous : , mise à jour du 09.10.2020, consulté le .