Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Lucien Koenig


Photo :
© Collection CNL

Lucien Koenig

Luxembourg Luxembourg

Pseudonymes : ** ; *** ; ***** ; Dreieck (Symbol) ; Indutiomar ; Félix Juventus ; Kineks Luss (De) ; S. ; Siggy fu Letzeburg ; Siggy vu Letzeburg ; S.v.L. ; Y.N. ; Δ

Lucien Koenig, qui perd sa mère alors qu’il n’a qu’un an et dont le père émigre aux États-Unis en 1891, est élevé par sa grand-mère. À la mort de celle-ci, il est accueilli, en 1900, au sein de la famille Wercollier-Koenig, à laquelle il doit son surnom, Siggy. Ces circonstances expliquent l’engagement ultérieur de Koenig en faveur des orphelins luxembourgeois : en 1919, il est cofondateur, secrétaire et trésorier de l’œuvre Letzeburger Wésekannerwirk. De 1894 à 1900, Koenig fréquente l’école primaire à Luxembourg avant de suivre des études secondaires à l’Athénée de Luxembourg. En 1907, alors qu’il est en classe de première, il fonde la troupe de théâtre Confédération estudiantine, pour laquelle il écrit sa première pièce, Domitian. Par la suite, Koenig fait des études de lettres aux universités de Berlin et de Paris avant d’enseigner le latin et l’allemand à l’Athénée de Luxembourg, à l’École industrielle et commerciale à Esch-sur-Alzette, au Gymnase d’Echternach et, à partir de 1919, à l’École industrielle et commerciale à Luxembourg. Tout au long de sa carrière, il se distingue par son comportement et son langage particuliers. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est démis de ses fonctions et réquisitionné à Coblence en mai 1941. En 1943, il est déporté à Aussig-Schreckenstein en Silésie et, plus tard, à Juppendorf près de la Pologne, en compagnie de son épouse et de leurs deux enfants cadets. En avril 1945, Koenig est libéré par les Américains à Niederschelden (Siegen) et rapatrié au Luxembourg. Après la guerre, il entame une carrière politique qui le voit successivement cofondateur du Parti démocratique et patriotique, conseiller municipal (1945), échevin (1950-1961) et bourgmestre de la Ville de Luxembourg (1959). De 1951 à 1961, Koenig est en outre député et chef de groupe parlementaire (1954-1955) au Conseil de l’Europe.

Tout au long de sa vie, Lucien Koenig a joué un rôle important au niveau du débat public sur les problèmes d’orientation nationale. Influencé par des courants nationalistes se réclamant de Maurice Barrès ou de Charles Maurras, qui prenaient de l’envergure en Europe, il fonde, en août 1910, la Letzeburger Nationalunio'n en collaboration avec ses camarades d’études à Paris Alphonse Bervard et le futur avocat Paul Besch. L’organe de publication du mouvement est édité sous les titres De Jongletzeburger (1911), Jongletzeburg et D’Natio'n (1919-1925). Le but de la Nationalunio'n, sorte de ligue patriotique, est de réveiller le sentiment national des Luxembourgeois et de renforcer leur identité face aux influences allemandes. Pour cela, Koenig mise sur la langue luxembourgeoise en tant qu’élément de base de la cohésion. À partir de novembre 1918, Koenig et la Nationalunio'n s’opposent ouvertement à l’annexion du Grand-Duché de Luxembourg à la Belgique ou à la France.

Au sein de la Nationalunio'n, deux courants se distinguent dès le départ et regroupent, d’une part, les défenseurs d’intérêts littéraires et culturels et, d’autre part, les activistes politiques. Entre 1919 et 1939, Lucien Koenig favorise pour sa part l’action politique en défendant des idées nationalistes, qu’il peut afficher en tant que rédacteur principal du journal D’Natio'n. La Nationalunio'n existe d’ailleurs à Luxembourg jusqu’en 1949 et, en 1982, la section de Pétange, présidée par Hary Reiter, se convertit en Actioun Lëtzebuergesch. De son côté, le courant défendant les intérêts culturels et littéraires joue un rôle important au niveau de l’évolution de la littérature luxembourgeoise, et ce n’est qu’ultérieurement que Koenig s’occupe davantage de ce courant, qu’il incite à constituer l’association Jongletzeburger Dichter. Cette dernière se montre toutefois généralement réticente à l’égard des idées politiques nationalistes de Koenig. Après la Première Guerre mondiale, celui-ci projette un institut national luxembourgeois décernant des prix littéraires et finit par fonder l’Akademie vu Letzeburg, dont il occupe la présidence et dont la publication se nomme De Letzeburger Parnass. Dans ce contexte, Koenig affirme sa fascination pour Jean l’Aveugle en s’engageant, dès 1919, en faveur du rapatriement des ossements du souverain à Luxembourg, finalement effectué en août 1946.

Lucien Koenig est l’auteur de plus d’un millier de textes, dont une bonne quarantaine de publications autonomes, comprenant des pièces de théâtre patriotiques, des farces et des comédies, dans lesquelles il fait preuve d’une vision précise des réalités quotidiennes. Dans ses textes en prose, il se livre également à une observation détaillée du monde et des hommes. Ketten, roman à caractère autobiographique, est récompensé en 1926 par le Prix de littérature du Letzeburger Nationalinstitut. Il s’agit du premier roman de l’auteur et du second roman rédigé en langue luxembourgeoise, après D’Kerfegsblo'm d’Adolf Berens. Le texte relate le devenir de Stasy Stirmer, jeune intellectuel, écrivain et dirigeant de la Patrioteʼliga, personnage dans lequel on reconnaît facilement l’alter ego de Lucien Koenig, tout comme la Nationalunio’n a servi de modèle pour l’association patriotique dans le roman. Lucilinburhuc, un poème épique de 12 020 vers en hexamètres et avec une vingtaine de chants, étale la grande érudition de son auteur. Koenig, qui ne peut concevoir une nation sans poème épique national, passe quinze ans à réaliser cet ouvrage, censé contrer les théories du national-socialisme. Par ailleurs, il propose une réforme de l’orthographe dans Auf dem Wege zu einer Grammatik der Luxemburger Mundart. Ein Beitrag zur Geschichte der Luxemburger Dialektliteratur (1928). Plus de quatre-vingts des poèmes de Koenig ont été mis en musique par vingt-huit compositeurs différents, parmi lesquels on trouve Lou Koster, Helen Buchholtz, Julien Hoffmann, Norbert Hoffmann, Michel Hülsemann et Jean-Pierre Schmit. En 1915, Jean-Pierre Beicht compose la musique de U Letzeburg!, tandis que Fernand Mertens livre celle de Pro Patria! en 1927.

Enseignant, poète, politicien et patriote, Lucien Koenig a toujours cherché à définir un dénominateur commun entre la poésie et l’action. En 1987, son buste est réalisé par Lucien Wercollier et inauguré au parc municipal de Luxembourg-ville. Des recherches récentes relativisent toutefois la perception de Koenig comme modèle de patriotisme et grand poète national, en raison d’éléments xénophobes et antisémites – typiques de cette époque – présents dans son œuvre.

Cet article est signé Gast Mannes

Publications

Participations diverses

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    An der Ucht. Letzeburger Familjekalenner
    Noms utilisés
    Siggy vu Letzeburg
  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    Lucien Koenig
  • Titre des périodiques
    Eis Sprooch (Eis Sprooch). Veräinsblaat fir alles waat lëtzebuurgesch ass
    Noms utilisés
    Lucien Koenig
  • Titre des périodiques
    Hémecht (d') - La Patrie. Erausgi vun der Unio'n vun de Letzeburger Freihêtsorganisatio'nen
    Noms utilisés
    S.v.L.
    Lucien Koenig
  • Titre des périodiques
    Jongletzeburg. Organ vun der Letzeburger National-Unio'n
    Noms utilisés
    Lucien Koenig
  • Titre des périodiques
    Letzeburger Parnass. Korrespondenzblad vun der "Akademie vu Letzeburg"
    Noms utilisés
    Lucien Koenig
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Volksblatt (1933-1941). Unabhängige Tageszeitung
    Noms utilisés
    Lucien Koenig
  • Titre des périodiques
    Natio'n (D'). Nationalistesch Revue / Rewü
    Noms utilisés
    Lucien Koenig
    ***
    Y.N.
    S.
    Indutiomar
  • Titre des périodiques
    Nationalist (De)
    Noms utilisés
    Lucien Koenig
  • Titre des périodiques
    Neue Luxemburger Kalender (Der). Eine Publikation von Tony Jungblut
    Noms utilisés
    Siggy vu Letzeburg
    S.v.L.
  • Titre des périodiques
    Rappel. Organ vun der L.P.P.D. = organe de la Ligue luxembourgeoise des prisonniers et déportés politiques
    Noms utilisés
    Lucien Koenig
  • Titre des périodiques
    Zeitung für kleine Leute
    Noms utilisés
    Lucien Koenig

Études critiques

Distinctions

Membre

  • Akademie vu Letzeburg (1912-1916)
  • Hémechtssprôch / Heemechtssprooch
  • Jongletzeburg
  • Jongletzeburger Dichter
  • Luxemburgische Sprachgesellschaft (1924-35)
  • Nationalinstitut Letzeburg (1922-1927)
  • Nationalistescht Institut (1919-1922)
  • Nationalunio'n - Letzeburger Nationalunio'n

Archives

Citation:
Gast Mannes, « Lucien Koenig », sous : , mise à jour du 21.12.2020, consulté le .