Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Lambert Schaus


Photo :
© Collection CNL

Lambert Schaus

Luxembourg Luxembourg

Après avoir passé son baccalauréat à l'Athénée de Luxembourg en 1927, Lambert Schaus fit des études de droit aux Cours supérieurs et aux universités de Toulouse, Alger, Grenoble, Paris et Bonn. Pendant ses études, il fut président de la Fédération internationale des étudiants catholiques Pax Romana, à laquelle il resta attaché dans sa fonction de président du secrétariat social jusqu'en 1940. De 1932 à 1952 et de 1973 à 1976, il fut avocat à la Cour d'appel et, de 1964 à 1973, auprès du Barreau de Luxembourg. À partir de 1935, il représenta le parti de droite au conseil municipal de la Ville de Luxembourg.

En 1941, Lambert Schaus fut destitué de ses fonctions professionnelles et politiques et, comme p. ex. Pierre Biermann, muté par une mesure de sanction au Reichsarbeitsdienst à des travaux de terrassier sur un chantier autoroutier à Steiningen près de Daun. En 1942, la Gestapo décréta son transfert au Landratsamt à Cochem, puis sa déportation en 1943 au camp de Nestomitz en pays sudète. Plus tard, il fut déplacé en Forêt Noire.

Lambert Schaus poursuivit sa carrière politique en 1944. Il fut premier échevin de la Ville de Luxembourg avant d'être éli député en 1945 et 1946. Il représentait le CSV, dont il fut brièvement le secrétaire général. En 1946, il fut nommé ministre du Ravitaillement et des Affaires économiques, en 1947 en sus de la Force armée. En 1948, il fut nommé au Conseil d'État et en 1953, il intégra le corps diplomatique, de 1955 à 1958 en tant qu'envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire, puis de 1968 à 1973 comme ambassadeur à Bruxelles. Influencé par le mouvement paneuropéen des années 1930, il s'engagea dans la construction politique et juridique européenne tout en insistant sur la nécessité d'une législation européenne. Lambert Schaus fut président de la délégation luxembourgeoise auprès de la conférence intergouvernementale pour la négociation des Traités de Rome, puis représentant permanent du Luxembourg auprès des Communautés européennes. De 1958 à 1967, il fut membre de la Commission de la Communauté européenne du charbon et de l'acier, au sein de laquelle il collabora avec Adrien Ries. De 1967 à 1973, Lambert Schaus fut ambassadeur auprès de l'OTAN. Lambert Schaus resta lié à l'idée d'une politique européenne et enseigna à partir de 1973 le droit européen des transports en tant que professeur invité aux universités de Louvain et de Trieste.

Lambert Schaus œuvra par ailleurs sur le plan littéraire. Pendant ses études à Paris, il commença à écrire des articles dans Academia et joua dans des pièces de théâtre de Lucien Koenig, Demy Schlechter et Nik Welter et dans le cadre de manifestations de la Mission France-Luxembourg. Après la Seconde Guerre mondiale, il fut vice-président de la commission de théâtre et s'efforça de relancer la vie culturelle. Sur son initiative furent organisées en 1955, à l'occasion du centenaire du Scholdschein de Dicks, des représentations de cette pièce au Palais des Beaux-Arts à Bruxelles. Après 1945, Lambert Schaus publia le recueil de poésie Lidder aus dem Exil. Ses poèmes évoquent le régime national-socialiste, entretiennent le souvenir d'amitiés nouées pendant la déportation et témoignent d'une conscience nationale, fondée sur la famille, la langue maternelle, le désir de liberté, la foi et la connaissance de l'histoire. Quelques poèmes sont rédigés sous forme de sermons.

Plusieurs poèmes de Lambert Schaus ont été mis en musique par Fernand Mertens. Mir schaffen op de Strôssen, qui évoque le chantier de Wittlich, a été mis en musique par John Thillens. Un récit commencé lors de son exil en Allemagne est resté inédit.

Cet article est signé Claude D. Conter

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Academia. Mitteilungen aus dem Luxemburger Katholischen Akademiker-Verein
    Noms utilisés
    Lambert Schaus
  • Titre des périodiques
    Hémecht (d') - La Patrie. Erausgi vun der Unio'n vun de Letzeburger Freihêtsorganisatio'nen
    Noms utilisés
    Lambert Schaus
  • Titre des périodiques
    Marienkalender / Luxemburger Marienkalender / Lëtzebuerger Panorama
    Noms utilisés
    Lambert Schaus

Études critiques

Membre

  • SELF / S.E.L.F. - Société des écrivains luxembourgeois de langue française

Archives

  • BNL Ms 657
Citation:
Claude D. Conter, « Lambert Schaus », sous : , mise à jour du 29.12.2015, consulté le .