Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Nicolas Steffen Sohn


Photo :
© Droits réservés/Alle Rechte vorbehalten

Nicolas Steffen Sohn

Nicolas Steffen fils ; Christian Eduard Steffen [né(e)] ; Eduard Steffen
Luxembourg – ??.??.???? (Allemagne) ()

Pseudonymes : E.S.

Nicolas Steffen fils, de son vrai nom Christian Eduard Steffen, est le fils de Nikolaus Steffen et le neveu de N.S. Pierret. Il adopte le prénom de son père en signe d’admiration pour ses talents de poète. Vivant à Paris à partir de 1870 pour y apprendre le métier d’employé de banque, il y habite chez une cousine de son père. Il fait partie de la garde citoyenne et participe à des actions militaires. Influencé par le patriotisme de ses hôtes, Nicolas Steffen fils devient membre de la Garde nationale française en décembre 1870. Il vit la famine qui frappe Paris pendant l’hiver 1870-1871, alors que le pays est en guerre, et assiste au début du soulèvement populaire de la Commune, qu’il ne considère pas comme une réponse appropriée aux injustices sociales. En juin 1871, il rentre au Luxembourg, où il est contraint d’effectuer son service militaire. Pendant l’été 1872, il part se reposer à la campagne. Ensuite, il accepte un poste dans le bassin minier lorrain, alors annexé à la Prusse. En 1873, il part s’installer à Dortmund, où il travaille pour une société belge. À partir de là, on ne trouve plus de données biographiques à son sujet. Il est probablement décédé en Allemagne.

Nicolas Steffen fils a publié ses souvenirs de garde national dans Erinnerungen eines Pariser Nationalgardisten aus den Jahren 1870/71. Daté de « H… », cet ouvrage s’adresse à un public allemand. Du point de vue luxembourgeois, il s’agit d’un document important au sujet du double siège de Paris. L’auteur mentionne également sa ville natale, avec sa garnison prussienne. Avec le recul, Nicolas Steffen fils a regretté d’avoir combattu l’Allemagne au sein de la Garde nationale, estimant qu’il s’était fait abuser par la folie française en raison de son inexpérience. Sa véritable patrie spirituelle a été l’Allemagne.

Cet article est signé Frank Wilhelm

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Arbeiter (Der) [1878-1879]. Organ der Arbeiterbevölkerung Luxemburgs
    Noms utilisés
    E.S.
    Eduard Steffen

Études critiques

Citation:
Frank Wilhelm, « Nicolas Steffen Sohn », sous : , mise à jour du 14.05.2021, consulté le .