Luss Heyart

Lucien Heyart

Pétange - Luxembourg


Photo: Luss Heyart
Luss Heyart
Photo:

Luss Heyart fréquente l’école primaire à Pétange, puis le Lycée de Garçons à Esch/Alzette et l’Athénée à Luxembourg, suite à quoi il envisage d’entrer dans la Société des Missionnaires d’Afrique, les Pères Blancs. Dans leurs maisons en Suisse, Algérie et Tunisie, notamment à Saint Joseph de Tibar et à l’Institut des belles lettres arabes à Tunis, il étudie, de 1948 à 1952, la philosophie et les sciences sociales. Après avoir renoncé à la voie monastique, il rentre au Luxembourg. De 1952 à 1959, il est secrétaire syndical au LCGB. De 1959 à 1968, il travaille auprès du service social de la CEE à Bruxelles, et, de 1968 jusqu’à son départ à la retraite, dans le domaine de la sécurité au travail et de la protection sanitaire auprès des institutions européennes à Luxembourg.

Luss Heyart s’engage au sein d’organismes et d’associations catholiques. Pendant de longues années, il est vice-président de la section LCGB de Luxembourg-Bonnevoie et, sur le plan national, président de la section fonctionnaires du syndicat. À partir du début des années 1970, il est engagé dans l’Action catholique masculine luxembourgeoise qui deviendra, en 1978, la Kathoulesch Männeraktioun (KMA), dont il est le président depuis sa fondation jusqu’en 1991. À partir de 1988 et pendant six ans, il est vice-président de la Fédération internationale des hommes catholiques, Unum Omnes. Par ailleurs, il est secrétaire général de l’Association Luxembourg-Taiwan ROC et directeur de la Maison d’Europe.

À partir de l’année 1974, Luss Heyart publie des articles sur de nombreux sujets, e.a. dans Letzebuerger Sonndesblad, Sozialer Fortschritt ainsi que Kathoulesch Aktioun, devenue ensuite aktioun. Ses articles portent sur des sujets d’actualité sociétale, traités du point de vue des valeurs socio-chrétiennes. Entre 1975 et 1990, il consacre cinq contributions à l’écrivain Adolf Berens, qu’il connaissait personnellement depuis ses années d’enfance à Pétange, où Berens était instituteur. Luss Heyart s’intéresse spécialement au Maghreb et à l’Afrique sub-saharienne, notamment sous l’aspect de la présence de missionnaires luxembourgeois dans ces pays. Il consacre à ces derniers un certain nombre d’articles ainsi que la monographie Das Kloster Marienthal und seine Geschichte (2003) sur le siège de la Société des Missionnaires d’Afrique au Luxembourg.

Plusieurs récits de voyages de Luss Heyart sont parus en tant que tirés à part de séries d’articles. Land ohne Wasser. Bericht einer Missionsreise in Afrika (1979) relate un voyage en Haute-Volta, aujourd’hui Burkina Faso, sur invitation du Père blanc luxembourgeois Gasti Wiltgen. Sha’alu schlom Yerushalayim. Frieden für Jerusalem. Erinnerungen und Eindrücke aus Israel (1980), Erinnerungen an eine Saharatour (1985) sur un voyage en Tunisie ainsi que Moderne Kreuzfahrt und « Pilgergang » in 5 Etappen (1997) sur une croisière en Méditerranée orientale sont des reportages de voyages en groupes. Les récits de voyage de Luss Heyart relatent des observations et des rencontres personnelles et donnent des informations sur les régions visitées. Ils accordent une attention particulière à des aspects religieux, politiques, historiques et culturels.

Pierre Marson

Collaboration à des périodiques

Titre du périodique Noms utilisés
Lëtzebuerger Sonndesblad / Luxemburger Sonntagsblatt / Luxemburger Sonntagsblättchen
Luss Heyart
Luxemburger Wort / d'Wort / LW
Luss Heyart
Warte (Die) = Perspectives. Supplément culturel du Wort
Luss Heyart

Études critiques (auteur & œuvre)

Auteur Année Info
Unbekannt
2011 In memoriam Luss Heyart. In: aktioun [Lëtzebuerger Kathoulesch Männeraktioun] 10/2011, Oktober 2011, S. 3.
Jean-Paul Schneider
2011 Luss Heyart mit 83 Jahren gestorben. In: Luxemburger Wort, 1. Oktober 2011
Dernière mise à jour 29.01.2015