Jean Back

Žan Bak

Luxembourg


Photo: Jean Back
Jean Back
Photo: ©

Jean Back est le père de Michelle Back. Il passa son enfance à Dudelange. Après son baccalauréat au Lycée de garçons à Esch/Alzette, il intégra le Ministère du Travail, puis le Ministère de la Culture. De 1989 à fin 2015, il dirigea le Centre national de l'audiovisuel à Dudelange.

Jean Back s'intéresse autant à la photographie qu'à la peinture et à la littérature. En 1990, il se signala par l'exposition de photographie Lieux et portraits du Bassin minier à Dudelange. Son roman Wollékestol est un hommage à sa ville natale Dudelange. Sa propre enfance et sa jeunesse lui servent de point de départ pour créer une juxtaposition narrative complexe d'éléments autobiographiques et fictifs. Il reprend la même technique dans la nouvelle Amateur qui remonte à un travail d’études imposé par Gast Rollinger au Lycée de garçons d'Esch/Alzette en 1971. Le texte retravaillé et augmenté a comme toile de fond la contestation étudiante et la grève des étudiants de 1971. En 2010, Amateur fut récompensé par le European Prize for Literature et fut, par la suite, traduit en tchèque, en hongrois, en bulgare, en macédonien, en albanais et en serbe .

L'élément commun des trois nouvelles dans Wéi Dag a Nuecht et des récits plus longs Karamell et Iesel est la quête d’identité de personnages fragilisés qui vivent ce processus comme une menace et qui risquent de développer des troubles de la personnalité borderline. Tel est le cas, dans Karamell, de Jip Portonegro, fils adoptif d’un mineur de Tétange qui perd le nord quand il essaye vainement de trouver ses origines en Suisse et se voit repoussé par sa sœur, devenue veuve, avec qui il a vécu une liaison amoureuse dès sa jeunesse. Le courtier Till dans Iesel se trouve submergé par sa forte disposition à la violence qui vient ebranler sa vie réussie et rangée en surface.

Zalto mortale contient trois monologues pour la scène qui gravitent autour de la vie ratée de personnages isolés et un peu loufoques. Le sort d’un épicier suicidaire né sans bras, d’un taxidermiste qui a perdu le sens pour les réalités de la vie et d’un camionneur qui combat la solitude de ses longs périples moyennant un homard emmené dans un bocal font entrevoir des problèmes sociaux tels le handicap, le problème des réfugiés, l’exploitation au travail ainsi que la radicalisation des jeunes.

Trakl Blues est centré sur le film Die junge Magd qu’un groupe de jeunes amateurs cinéastes a tourné dans les années 1970 d’après la ballade Die junge Magd de l’auteur autrichien Georg Trakl. Le film fut présenté au Luxembourg et à Salzbourg. Sur deux niveaux qui s’enchevêtrent, Jean Back fait revivre l’historique du film et raconte sa visite de Salzbourg et de la Georg Trakl - Gedenkstätte en 2015, à un moment où des milliers de réfugiés affluent vers l’Europe. Un DVD du film restauré et doté d’une nouvelle musique de film due à Pierre Back, le fils de l’auteur, accompagne le livre.

Germaine Goetzinger

Collaboration à des périodiques

Titre du périodique Noms utilisés
Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
Jean Back
Galerie. Revue culturelle et pédagogique
Jean Back
nos cahiers. Lëtzebuerger Zäitschrëft fir Kultur
Jean Back

Études critiques (auteur & œuvre)

Auteur Année Info
2005 Précis d’histoire de la littérature en langue luxembourgeoise

Études critiques sur les œuvres individuelles

Titre Année yearsort
Wollékestol. Roman 2003 2003
mon amour schwein. Kuerzgeschichten an Erzielungen 2004 bis 2007 2007 2007
Amateur. Novelle. 2009 2009
Wéi Dag an Nuecht. Erzielungen 2012 2012
Karamell. Erzielung 2014 2014
Zalto mortale. Dräi Monologen 2015 2015
Iesel. Erzielung 2017 2017
Trakl Blues. Ein Memory zum Luxemburger Amateurfilm "Die junge Magd", nach der gleichnamigen Ballade von Georg Trakl. 2017 2017

Prix littéraires

Nom Prix-Mention Œuvre primée Année
European Union Prize for Literature Amateur. Novelle. 2010

Membre

Nom
LSV - Lëtzebuerger Schrëftstellerverband [1985-2016]
Dernière mise à jour 13.02.2018