Frank Feitler

Luxembourg


Photo: Frank Feitler
Frank Feitler
Photo: ©

Frank Feitler grandit à Betzdorf et à Esch/Alzette, où il fréquenta le Lycée de garçons. Après avoir passé son baccalauréat, il suivit des études de lettres allemandes aux Cours universitaires à Luxembourg et à l'Université de Heidelberg. De 1974 à 1984, Frank Feitler enseigna l'allemand et la philosophie au Lycée classique d'Echternach. Par la suite, il entama une carrière dans le monde du théâtre national et international. Après avoir travaillé au Théâtre des Casemates, où il fit la connaissance de Frank Hoffmann, il connut ses premiers succès, notamment avec l'adaptation théâtrale de Bremer Freiheit (1981) de Rainer Werner Fassbinder. Sur le plan international, Frank Feitler en tant que metteur en scène et Frank Hoffmann en tant que dramaturge s'imposa avec Demetrius de Schiller, une pièce qui, après les premières représentations à Luxembourg en 1982, figura au programme des journées Schiller à Mannheim en 1983. Frank Feitler fut alors engagé comme conseiller dramatique au Théâtre de Bâle et fit partie de la direction. En 1989, il accepta le poste de conseiller dramatique au Deutsches Schauspielhaus à Hambourg, sous la direction de Peter Zadek. Heiner Müller devint son mentor.

En 1990, Frank Feitler rentra au Luxembourg, où il travailla dans les domaines du théâtre et du cinéma. En tant que scénariste, il adapta en collaboration avec Paul Kieffer le roman Schacko Klak de Roger Manderscheid pour le cinéma. Il s'agit d'une version courte d'un scénario récompensé en 1989 lors du concours national de scénarios. Par ailleurs, Frank Feitler travailla comme metteur en scène et producteur pour la société cinématographique Samsa Film. Il coproduisit avec Andy Bausch les courts métrages, téléfilms et réalisations cinématographiques Struppi und Wolf (1992) et Three Shake-a-Leg Steps to heaven (1993), avec Pol Cruchten Black Dju (1995) et Boys on the Run (2002), un film sur les inégalités sociales et politiques aux États-Unis pour lequel Frank Feitler écrivit le scénario. En 1996, il fonda la société de production Red Lion avec Tarak Ben Amar, Pol Cruchten et Jeanne Geiben. Cette société réalisa entre autres des productions cinématographiques et théâtrales de Frank Feitler qui, par la suite, se rapprocha du théâtre de divertissement et tenta de ranimer la tradition des pièces de théâtre populaire luxembourgeois. À cette fin, il collabora avec les acteurs Josiane Peiffer, Fernand Fox, Marc Olinger et Luc Feit qui avaient fondé la troupe Fräie Vollekstheater Lëtzebuerg. En 1997, Frank Feitler mit en scène la pièce Maus Kätti d'Auguste Liesch à l'occasion de l'ouverture du festival Musek am Syrdall. Il présenta des adaptations des drames populaires de Batty Weber, André Duchscher et Willy Goergen ainsi que des soirées de chansons avec des textes de Poutty Stein, Pir Kremer et Auguste Liesch. Lors de ces soirées - intitulées par exemple Wat d'Heemecht ass (1989) et O méng Modi, wat en Zodi (2002) -, Frank Feitler avait recours aux mélodies et poèmes de Dicks, Michel Lentz, Sepp Thill, Tit Schroeder, Fritz Weimerskirch, Pol Greisch et Léopold Hoffmann pour dresser un portrait à la fois satirique et mélancolique d'une prise de conscience identitaire. En 1989 et 1995, Frank Feitler représenta le poème épique Renert de Michel Rodange. En novembre 2016, il mit en scène la farce politique En Tiger am Rousegäertchen de Marc Limpach au Grand Théâtre de la Ville de Luxembourg.

En 2001, Frank Feitler collabora avec Frank Hoffmann pour produire une adaptation du roman Das Schloss de Franz Kafka au Théâtre national et au festival Ruhrfestspiele à Recklinghausen. De mai 2001 jusqu'en mai 2015, Frank Feitler fut directeur du Grand théâtre de la Ville de Luxembourg. Il considère le théâtre comme un endroit expérimental de cohabitation sociale et comme un lieu de rencontre internationale. Ainsi, il s'associe avec des théâtres internationaux de renom et encourage les coproductions. De plus, il ajoute des spectacles de danse, des comédies musicales et des pièces anglophones au programme habituel du théâtre.

Enfin, Frank Feitler est auteur dramatique. Depuis 1984, il développe une démarche dramatique, selon laquelle des textes originaux sont modifiés au point de devenir de nouveaux textes. Le concept de ce nouveau théâtre qu'il a expérimenté avec la société Theater GmbH, consiste dans l'adaptation de classiques de la littérature mondiale à un environnement luxembourgeois. En même temps, Frank Feitler chercha à moderniser la dramaturgie et la mise en scène, de manière à permettre au théâtre luxembourgeois de renouer avec les mouvements théâtraux internationaux. Tel est le concept de Matzen am Wanter brennt den Äisbierg - une adaptation de Victor, ou, Les enfants au pouvoir de Roger Vitrac, réalisée en étroite collaboration avec Guy Rewenig et Frank Hoffmann - sur la scène du Schluechthaus d'Esch/Alzette. Elle fut suivie de Demetrius de Schiller et du collage Heißes Eisen, Roter Mond, reposant sur des documents historiques et consacrée aux révolutionnaires sociaux Georg Büchner, August Becker et Friedrich Ludwig Weidig. Cette dernière avait d'abord été conçue sous forme de pièce radiophonique et présentée par les radios Schweizer Radio et Westdeutscher Rundfunk en 1987 sous le titre Die Büchner-Weidig-Bande. La modernisation du théâtre dans la conception de Frank Feitler fut accompagnée d'un esprit critique, évoquant la conscience politique en général et la mentalité des Luxembourgeois en particulier. Dans ce contexte, Frank Feitler écrivit en collaboration avec Guy Rewenig la pièce De Meeschter fällt vum Himmel, touchant à l'immigration et inspirée de motifs de Il servitore di due padroni de Carlo Goldoni. La pièce d'improvisation 7 Lëtzebuerger kréien de Karlspräis, qui se réfère à un ouvrage de Guy Rewenig, fut écrite par Frank Feitler en collaboration avec ses acteurs. Il s'agit d'un règlement de comptes satirique avec la conscience politique de la petite bourgeoise grand-ducale, douze ans après la remise du Prix Charlemagne au peuple luxembourgeois en 1986.

Claude D. Conter

Études critiques (auteur & œuvre)

Auteur Année Info
Lise Linster
1987 Ein Luxemburger am Hamburger Schauspielhaus. In: Tageblatt 12.10.1987.
1987 Frank Feitler. Von drinnen nach draußen und zurück. In: Revue 11.11.1987, S. 24-27.
Corina Mersch (Corina Ciocârlie)
1988 Huit (moins un) personnages en quête d'auteur. In: J 19.02.1998.
Paul Thiltges
1989 "De Renert" auf der Bühne. Interview mit Frank Feitler, Dramaturg und Initiator des Projektes. In: Choisir. Le magazine luxembourgeois d'Eurocard Nr. 2 (1989), S. 12-14
Josée Hansen
2000 Eidel Hysterie De Paul Scheuer huet en Theaterstéck geschriwwen an de Frank Feitler huet et inszenéiert. Weess iergend ee firwat? In: d'Lëtzebuerger Land 18.02.2000.
Danièle Michels
2000 Feitler und Co. Typesch lëtzebuergesch. In: Revue 02.02.2000, S. 41-43.
2005 Entre Résistance et résistances. Les films documentaires luxembourgeois ayant pour sujet la Deuxième guerre mondiale, de "Pour la Liberté" à "Heim ins Reich". In: Lëtzebuerger Kino, S. 44-55.
2005 Lëtzebuerger Kino. Aspects du cinéma luxembourgeois. Ed. par Jean Back, Joy Hoffmann, Viviane Thill, Robert Theisen.
2006 Monsieur Loyal. Le directeur du Grand Théâtre entre philosophie et dramaturgie. In: Luxemburger Wort 16.12.2006.

Membre

Nom
Kasemattentheater
Théâtre National de Luxembourg
Dernière mise à jour 14.11.2018